Accueil > Blogue > Connerie durable

[Blogue] Connerie durable

jeudi 18 juin 2009

C’est ce pauvre Christian Estrosi, accessoirement maire de Nissa La Bella et thuriféraire patenté du nabot, aussi désigné sous le vocable sympathique de « lou ravi [1] de Nissa [2] », qui s’y est collé sur France Inter, le vendredi 11 juin dernier :

Nicolas Sarkozy a inventé le principe de « sécurité durable ».

Pas moins !

Certes, not’ Kiki (enfin, celui des Nissarts, lesquels prétendent n’en avoir toujours eu que des gros) n’a, lui, jamais rien inventé. Ça se saurait. S’il avait inventé l’eau tiède, il se serait ébouillanté et pour le fil à couper le beurre, il se serait tranché un doigt. Même pas la brosse à reluire qu’il manie pourtant avec une dextérité qui ferait pâlir de jalousie le plus vil flagorneur. De toute façon, pour son rôle de courtisan opportuniste énamouré, n’est-ce pas là le seul talent dont il a besoin ? Après tout, on ne lui en demande pas plus.

Donc, voilà la sécurité qui vient s’ajouter à la liste de tous les machins durables qui font désormais partie de la panoplie bien pensante de ce début de siècle. Pour briller en société, désormais, il suffit d’ajouter l’adjectif "durable" au premier mot qui sert à alimenter la conversation : le développement, bien sûr, se doit d’être durable sinon il est injuste et sale. Pareil pour l’énergie, les transports, l’agriculture et toute cette sorte de choses. On peut élargir le concept au jardinage, au bricolage, à la maçonnerie, à la pêche à la mouche, la randonnée pédestre, etc. Bref, ce mot, à lui seul, redore n’importe quel blason. Ça en jette un max, les trucs durables !

Toutefois, n’exagérez pas, non plus : la sieste, crapuleuse ou pas, c’est pas vraiment dans l’air du temps. Donc, mieux vaut éviter tout ce qui se rapporte d’un peu trop près au farniente et à l’oisiveté, surtout si ça ne fait pas marcher le commerce. Ce serait un coup à se retrouver en garde à vue durable après s’être pris une giclée durable de Taser, pour mauvais esprit durable et anti-patriotique. Et je ne parle même pas des prélèvements d’ADN durables dont les multiples fichiers officiels ou officieux, autorisés ou non, eux-mêmes très durables, garderont durablement la trace de votre historique méprisable et durable.

Il faut reconnaître qu’on va avoir besoin de tout cet arsenal législatif sécuritaire devant lequel se pâme lou ravi de Nissa. Parce que, si la crise devait être durable, avec pour corolaire le chômage durable dans lequel la cupidité de bon nombre d’actionnaires — que l’on savait depuis longtemps durable, elle — jette de plus en plus de travailleurs, ça risque d’en énerver durablement plus d’un. Donc, mieux vaut se donner les moyens de contenir une contestation qui pourrait bien devenir durable, elle-aussi.
Je me demandais depuis longtemps pourquoi nos flics ne déambulent plus en ville qu’en tenue de combat ; je pense que c’est maintenant évident : l’État est en guerre contre la chienlit, c’est à dire ses citoyens. Même si on n’a rien à se reprocher (selon l’antienne de ceux qu’une société en liberté très surveillée ne dérange pas, prétendent-ils), il n’est plus du tout certain que ce soit le cas de la police : on est tous des coupables en puissance. Reste juste à trouver le bon motif, ce qui va devenir d’une simplicité enfantine, grâce aux outils modernes de suivi « personnalisé », si l’on peut dire. De quoi assurer un bonheur durable — quoique un poil formaté — aux braves gens et l’enfer durable aux autres.

Alors, bien sûr, on me dira qu’une déclaration du ravi de Nissa n’a jamais eu vocation à entrer dans l’Histoire. C’est sûr. Avec lui, on est loin de Socrate ou de Rabelais ou de quelques autres dont les propos et maximes ont traversé les siècles. Rien de tel ici. D’autant plus que, même si le furoncle lui chiait dans la gueule, il se répandrait sur les ondes en s’extasiant sur le sublime goût de fraise. Ce n’est évidemment pas le seul. Mais comme témoin éclairé de son temps, on peut sans difficulté en trouver de meilleurs, même parmi les plus médiocres. Alors pourquoi un billet sur lui ?

C’est juste que les péroraisons sécuritaires de cette engeance me fatiguent, ce qui n’est pas une nouveauté. Mais surtout, je reconnais un mérite (peut-être le seul) au ravi : même s’il ne l’a pas inventé, il illustre avec une constance attendrissante le fameux principe de la connerie durable. Et c’est, chaque fois, le même émerveillement. Si, si !

Ce serait quand même dommage de ne pas partager ça.

Notes

[1Accent tonique sur le « a »

[2Accent tonique sur le « i » et prononcer « Nissœ », avec un « e » très ouvert

Vos commentaires

  • François
    Le 22/06/09

    et dire que morano est copine comme cochonne (expression française si jamais elle surveillait) avec lou ravi..... v’la le duo de compet’, à mettre d’urgence à Sèvre avec le mètre étalon
    Mamaaaaaaannnnn, on a rien fait pour mériter ça :-(((

  • @Ficanas84
    Le 23/06/09

    Arf ! Morano ! Pas étonnant qu’elle fasse équipe avec lou ravi. Avec ce qu’elle tient, la pauvre !... Des fois, on dirait un clone raté !

    A surveiller dans les prochaines semaines, la « remise à plat », par la dame, des « avantages » des mères de famille pour la retraite. Un truc qui sonne comme une remise en cause. On parie ?

    C’est sûr, on n’a rien fait pour mériter des tâches pareilles. Mais que fait la police ?

  • François
    Le 23/06/09

    police partout, justice nulle part !

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0