Accueil > Blogue > Ces valeureux symboles de la République

[Blogue] Ces valeureux symboles de la République

dimanche 5 avril 2009

Paraît que c’est le furoncle en personne qui en a décidé ainsi : Johnny Halliday chantera sous la tour Eiffel pour le 14 juillet. Coût de l’opération pour le contribuable : 1 million d’euros dont la moitié pour l’aimable rockeur désintéressé. De quoi ravir les salariés de Continental et autres boites en cours de torpillage qui, eux, même en chantant en chœur, ne toucheront pas un kopeck de plus que leurs pauvres indemnités de chômage.

Tant qu’à faire chanter la momie du rock français derrière de gros barreaux de fer, j’aurais été plutôt partisan que ce soit dans « une cage à Medrano », comme le suggérait déjà Antoine dans les années Soixante. C’est vrai que les gesticulations si viriles du rockeur d’opérette m’ont toujours davantage fait songer à des numéros de cirque, assez médiocres dans l’ensemble, qu’à l’effrayante révolte d’un mauvais garçon. En cela, d’ailleurs, les deux font la paire. Sarko est bien pareil : que de la gueule et des postures mais rien de bien efficace. Mais il y a peu de chances que notre émigré Belgo-helvète, tant vénéré par Son Insignifiance le président Sarko 1er [1] le Petit, aille croupir dans les geôles de la République, malgré sa propension très ostensible à vouloir soustraire au fisc ses malheureux revenus. A se demander si le fameux « bouclier fiscal », dont le nabot est si fier, ne lui aurait pas été inspiré par le brillant esprit de not’ Johnny qui aurait pu, pour l’occasion, créer un chant révolutionnaire afin de fustiger la boulimie du Trésor français, tout en menaçant de fuir cette ingrate Mère Patrie qui le réduisait à la misère. Comme le dit désormais le nouveau riche Dany Boon, depuis que le bon peuple l’a fait millionnaire en transformant le plutôt banal « Bienvenue chez les Cht’is » en champion du box-office national : « 50 %, c’est bien suffisant ». C’est bien vrai, d’ailleurs : j’en connais plus d’un, à commencer par moi, qui ne verrait pas d’un si mauvais œil d’être imposé à 50 %. Ce serait déjà un signe encourageant que tout ne va pas si mal. Mais bon...

C’est dire si le choix du crooneur croulant, pour célébrer le souvenir et les vertus de la Révolution Française, a quelque chose d’émouvant et, pour tout dire, d’édifiant. Déjà, le nain des jardins élyséens n’a pas pris beaucoup de risques. En prend-il jamais, d’ailleurs ? L’affreux Jojo est une valeur sûre du chobize et il y aura toujours un bon petit nombre de benêts ravis de se faire enfler en allant écouter le grand copain du petit président. Succès garanti, donc. Avouons qu’il aurait été dommage de risquer le bide avec des chanteurs de la nouvelle génération. Ça, c’est de la politique culturelle !

En plus, Johnny, lui, il fait des « B.A » : il adopte des pauvres petits enfants de pauvres. C’est que ça coûte un œil, la générosité. C’est bien normal que l’État fasse preuve de la sienne à l’égard de ce grand nécessiteux. Car ça bouffe, un lardon affamé. Faut bien compter sur les 50 % qui restent et sur un bon coup de pouce du copain président, pour y arriver. Et puis ça plait au bon peuple, ça. Johnny, c’est un peu not’ Madonna à nous, en somme. Voilà de quoi faire oublier que l’ahuri du rock n’ roll yaourt a bâti sa fortune avec le pognon de ses fans. Qu’il paie des impôts à la mesure de ses gains et de sa fortune devient ainsi très secondaire. Faut pas faire chier Johnny avec ça, ok ?

Finalement, tout cela est bien dans l’air du temps de la Sarkosye : tape-à-l’œil, bling-bling et fait du prince ; la charité plutôt que la solidarité. Bref, c’est pas la crise pour tout le monde. Quant aux valeurs de la Révolution, on repassera. Encore une fois.

Notes

[1et dernier

Vos commentaires

  • Fab
    Le 07/04/09

    Heu il est domicilié en France Johnny ? Je ne sais plus en fait, je sais qu’il a eu du mal à émigrer mais je ne sais plus s’il a réussi ou non.

    Quelqu’un a-t-il gardé les vieux numéro de Paris Match ?

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0