Accueil > Blogue > Crétinisme pontifical

[Blogue] Crétinisme pontifical

vendredi 27 mars 2009

Il paraît que ça parle au nom de Dieu, tout puissant et miséricordieux. Vous me direz peut-être qu’il y en a beaucoup de ces gens qui portent la parole divine et que, au bout du compte, ça fait un peu cacophonie. Certes ! D’autres diront que celui-là, au moins, la porte assortie d’un message de paix et que ça fait toujours moins de morts que quelques autres porte-parole enturbannés. Suivez mon regard.
Moins de morts ? C’est à voir.

La dernière sortie du père Benoit sur le préservatif, c’est du lourd... de conséquences. De quoi pousser vers la mort quelques millions de personnes de par le monde. Heureusement, ce sera au nom de Dieu qui, bien entendu, reconnaitra les siens. Elle s’ajoute à deux ou trois autres broutilles qui « interpellent quelque part », comme disent certains : soit le sus-nommé est un crétin de haute volée et sa sénilité galopante en est la cause car on imagine assez mal tous ces sages cardinaux élire un abruti au poste de chef. Si ? Ah bon ! Soit c’est un réactionnaire furieux, sous ses airs de « ravi » angélique, et on se demande alors où est la miséricorde divine ?

Déjà, réintégrer sans contre-partie les traditionalistes dans le giron de la mère Église, dont le minable et désormais tristement célèbre négationniste Williamson, si ça fait un peu vieille querelle de... clocher, comme ça, de prime abord, c’est surtout la traduction dans les faits de cette tentation d’une partie de l’épiscopat à penser le catholicisme comme une obligation universelle hors de laquelle il n’y aurait point de salut. La petite gué-guerre sur le retour du latin ou sa suppression en a fait rigoler plus d’un (y compris, bien sûr, Brassens, en 1976, dans l’indispensable « Tempête dans un bénitier ») mais elle occulte (c’est le cas de le dire) leurs attaques contre Vatican II qui renonçait enfin à voir dans les Juifs les responsables de la mort du Christ. Simple question de tolérance, en somme, ou de bon sens, comme on veut.
La coïncidence entre la décision papale et les déclarations de l’évêque traditionaliste sont une belle gifle aux survivants de l’Holocauste et ceci d’autant plus que la mollesse de la réaction pontificale est à la hauteur du mépris ainsi affiché. Du genre : « Vous, les Juifs, ne nous emmerdez pas avec des détails, comme dirait Le Pen » ! Et une belle idiotie car, pour paraphraser Pancho dans le Canard Enchainé du 11 février 2009, l’existence des chambres à gaz est plus facile à prouver que celle de Dieu ! Ça, c’est sûr !
Mais bon. Qui pourrait en vouloir à une aussi sympathique sainteté de commettre d’innocentes erreurs de jeunesse ? Car bien sûr, à lui aussi, sa bonne foi (pardi) a été abusée à l’insu de son plein gré. Oui, c’est ça la foi : croire sans douter. Bien sûr !

Puis, il y a eu l’histoire de cette petite brésilienne de 9 ans, enceinte de l’assiduité toute de pur amour de son gentil papa attentionné. Bien sûr, l’excommunication de l’équipe médicale et de la fillette n’a pas été prononcée par notre aimable pontife mais on a du mal à croire que le patron n’ait pas validé les explications emberlificotées du secrétariat papal, sans condamnation ni de la décision du calotin brésilien ni de l’attendrissant paternel, ou si peu. Motif : l’inceste c’est quand même moins grave que l’avortement, hé, oh, faut pas pousser !
Que de l’amour, je vous dis ! Un bel encouragement à tous ces joyeux pervers qui ne voient dans les enfants que de sympathiques jouets sexuels et auxquels le pardon divin est désormais acquis pourvu qu’ils n’oublient pas de proclamer que, eux, au moins, ils ont de la morale car ils sont contre l’avortement. Amen. Et puis, faut savoir respecter certaines traditions de l’Église et le goût de certains de ses prêtres pour la jeunesse.

Alors forcément, quand notre Benoit profite de sa folle dynamique pour fustiger le préservatif et affirmer qu’il ne sert à rien dans la lutte contre le sida, on ne peut qu’être admiratif. Surtout pour l’explication lumineuse qu’en ont donné ses prétoriens : figurez-vous qu’il y aurait des petits malins qui s’échangeraient les préservatifs usagés. Fallait oser la sortir celle-là ! Pourquoi pas un trafic international de caoutchouc, aussi ! Allez savoir. Un curé, c’est forcément au fait de ces pratiques, non ? On imagine qu’une enquête approfondie a été menée par le clergé et qu’il a envoyé ses plus fins limiers infiltrer les réseaux de trafiquants au péril de leurs fesses.
Quant aux quelques millions de personnes qui, de par le vaste monde, sont atteintes de cette maladie, et qui, accessoirement, sont aussi croyantes, pour certaines, tant pis si les déclarations irresponsables du petit vieux sonnent comme un arrêt de mort. Passées au registre des pertes et profits de la grande pantalonnade dogmatique de la morale papiste. Va avoir du boulot, le Saint-Pierre !

Alors, c’est vrai que je ne suis pas le plus fervent supporteur de l’Église et de son pape. Il y a belle lurette que je considère avec un certain détachement (pour ne pas dire mépris) la prétention de certains religieux de tous bords à vouloir imposer leur prétendue morale divine et à régenter nos vies. Du moins, je respecte ceux qui acceptent de les suivre, pourvu qu’ils ne cherchent pas à me convaincre. Après tout, c’est leur affaire. Mais là, pardon ! Quand un con pareil dépense autant d’énergie pour faire le lit des idées les plus nauséabondes ou démolir le long travail de tant de gens contre une maladie aussi meurtrière (qui a dit un fléau de Dieu ?) ou pour avilir de simples gestes d’humanité, je me dis que, vraiment, lui trouver des excuses est au-dessus de tout entendement. Ce mec-là est un danger public. Il est l’image la plus détestable de l’Église, sentencieuse et dénuée de toute compassion. Criminelle, même. A vomir !

Décidément, on vit une époque formidable ! Pauvre humanité !


Pour reprendre la réflexion de Ydikoi, notamment dans son billet, l’article de maître Eolas dont il parle est là.

Trois remarques :
- Pour les intégristes, c’est du détail. Savoir que Lefebvre, Williamson et consorts ne sont pas réintégrés comme évêques, c’est sûrement mieux pour la vérité mais ça interroge tout de même sur la démarche. Mais bon, c’est la salade catho. Qu’ils s’en démerdent.
- Pour Carmen, la petite Brésilienne, je reconnais avoir dit une connerie : c’est pas elle qui a été excommuniée mais sa mère. Ça ne change pas grand chose à la connerie de l’évêque de Récife, mais au moins, la levée de cette excommunication par la conférence des évêques du Brésil, est à l’honneur de cette Église-là. Dont acte, donc, et mea culpa.
- Pour le préservatif, que les propos du pape aient été déformés, c’est sûrement aussi pas très joli mais tout de même, faut pas nous prendre que pour des benêts : que l’Église ne fasse pas la promotion du pêcher, c’est une chose compréhensible, mais que tous les prétextes soient bons pour tailler en pièce les actions de prévention, ça va un peu. Et je maintiens que ces sorties sont criminelles, dussè-je peiner le très talentueux Maître Eolas.

Vos commentaires

  • ydikoi
    Le 27/03/09

    toi t’as écrit un peu vite, sans lire le billet de maître eolas, on dirait :)

  • ydikoi
    Le 27/03/09

    On a publié nos billets à 5 (!!) minutes d’écart - les grands esprits se rencontrent … Donc je prends tout de suite les devants : non, tu ne fais pas partie des faux-culs, évidemment !!! :-)

    Un petit échange de points de vue ce week-end ?

  • @Ficanas84
    Le 27/03/09

    Oui, j’ai vu et j’ai lu ton billet. Quant à celui de Maitre Eolas, j’ai pas lu et je m’en contrefiche.

    Je ne pense pas me placer sur le même plan que toi. Je sais bien que la capote n’est pas fiable à 100 % et que c’est chiant. Pas besoin d’être homo pour savoir ça, je t’assure, et malgré ma différence de préférence, j’ai longtemps pratiqué sous latex. Et sans, c’est infiniment mieux. C’est sûr !

    Non, pour moi, c’est pas ça le problème.

    Ce qui me fait hurler, c’est le dogme de l’Église. Le préservatif, c’est pas bien. C’est le sexe pour le seul plaisir, pas pour la procréation. Et après, on va chercher les justifications, les exemples édifiants, pour asseoir le dogme. Je dis non, ça va plus.

    Même dans un contexte africain (dont je ne suis pas un spécialiste, au demeurant), avec les mentalités locales bien spécifiques et toutes les insuffisances éducatives qu’on voudra, et peut-être à cause de ça, la sortie du débile pontifiant est un crime. Et pas que là. Même si la capote ne résoudra jamais à elle seule le problème du sida, c’est au moins un moyen d’enrailler, tant soit peu, cette fichue maladie. Et ce qu’a dit papounet sera pris au pied de la lettre par tous ceux, et pas seulement en Afrique, qui n’ont besoin que d’un simple prétexte, aussi piteux soit-il, pour se voiler la face.

    L’abstinence ou la fidélité ? Faudra expliquer ça aux africains aussi, et pas qu’à eux. C’est pas gagné. On est d’accord, rien ne vaut l’éducation. Encore faudrait-il que celle-ci soit dispensée au plus grand nombre. On en est loin, surtout en Afrique. Mais pas que là.

    Ok pour en reparler ce ouicaine, bien sûr.

  • France
    Le 30/03/09

    Quoiqu’il en soit, c’est criminel. Si lui ne fait pas attention à ce qu’il dit et aux répercussions que ça peut avoir... Pffff !
    J’ai répondu chez Ydikoi, je ne vais pas redire la même chose mais même si ses paroles ont été détournées pour en faire un buzz, ce qu’il a dit a été entendu et sera utilisé par ceux que ça arrangera.

    J’ai aimé lire ce qu’en disait Maître Eolas parce que ça remplissait un peu l’autre plateau de la balance. Ce qu’en dis Marco correspond grosso modo à ce que j’en pense à qques nuances près mais au bout du compte, je doute que ce soit un crétin, ce Pape, et je doute qu’il dise quoi que ce soit au hasard... et c’est ça qui est grave.

    Et ce dont on devrait parler, c’est pas des conneries du Pape ni de la capote, c’est du SIDA en Afrique et ailleurs.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0