Accueil > Blogue > Siffler n’est pas jouer

[Blogue] Siffler n’est pas jouer

samedi 18 octobre 2008

C’est couillon. J’avais pris l’habitude, depuis de nombreuses années (et je commence à en compter un bon petit lot), de siffloter négligemment à la moindre occasion. Par exemple, en sciant du bois pour la cheminée ou en bricolant au garage. Et je siffle quoi ? Je vous le donne en mille : la Marseillaise. Entre autres choses.
C’est, en effet, un air entrainant, plutôt bien rythmé, facile à retenir, sur lequel, par ailleurs, on peut coller à peu près n’importe quelles paroles pour peu qu’on ait un sens, même approximatif, de la rime. Un bon coup de Marseillaise de temps à autre, ça vous redonne du cœur à l’ouvrage. C’est sûr !

Seul bémol (si je puis dire), je ne la recommande pas pour pisser. Certes, siffler en pissant, ça aide, selon des urologues de grand renom. Mais l’acte ne convient pas vraiment à ce petit instant de patriotisme domestique. D’abord, la Marseillaise suggère de prendre un air imprégné (mais pas d’urine, hein), voire même exalté, tandis que pisser suppose un certain détachement et un peu de calme pour ne pas imprégner les godasses, justement.

Et puis, mercredi, j’ai vu apparaître sur l’écran de la téloche la gueule furibarde de notre chère Roselyne, le sourcil froncé, qui disait que la prochaine fois que quelqu’un sifflait la Marseillaise, l’équipe de France ne jouerait pas. Putain, ça chauffait ! Pour un peu, elle aurait coiffé le bonnet phrygien, brandi d’une main un fusil à baïonnette et de l’autre la hampe drue du drapeau tricolore, pour monter à l’assaut de l’anti-France, la poitrine nue offerte au feu de l’ennemi.

Inutile de dire que j’ai tout entier frémi à cette vision cauchemardesque.

Bigre, me dis-je à moi-même, ça s’entend donc tant que ça que je siffle faux ? J’ai trouvé ça quand même injuste. De mon point de vue, en effet, mes prestations personnelles, comparées à celle de la pétasse qui était de sortie mardi soir pour le match France-Tunisie, ne sont pas aussi affligeantes que ça. Mais bon : c’est affaire de point de vue, naturellement.

Et puis, si chaque fois qu’un couillon se met à siffler la Marseillaise, Raymond ramène tout son monde au vestiaire, déjà qu’en jouant à peu près au foot elle a du mal à ne pas se ridiculiser, l’équipe de France actuelle n’est pas près de redevenir championne du monde (merci de ne pas rire) si elle donne des victoires par forfait à ses adversaires.

Ridicule, donc. Gesticulations gratuites qui illustrent l’absence totale de raisonnement de certains personnels politiques. D’ailleurs, même Mââme Ségolène y a mis du sien, c’est dire si l’intelligence était au rendez-vous.
C’est que dès qu’il s’agit de nos petits djeunes des banlieues, bizarrement issus de l’immigration de nos anciennes colonies, et de leurs incivilités chroniques, on n’est jamais loin d’un certain poujadisme même chez des personnes qui se disent de gauche. Il est plus facile de fustiger le manque d’éducation de certains de ces petits abrutis que de s’interroger sur les sentiments que provoque chez eux la qualité de notre accueil vis à vis de leurs parents puis d’eux-mêmes. C’est bien connu, la France n’est que générosité et hospitalité.
Ce gouvernement, mais la droite en général, n’est pas franchement le plus qualifié pour faire la leçon dans ce domaine. C’est pourquoi les élucubrations du gai Fillon et des éternels outragés sont plutôt à classer dans la catégorie "guignol". Si ces gens-là étaient, ne serait-ce qu’un peu, préoccupés par le sort des petites gens, nul doute que l’ambiance sociale de ce pays s’en trouverait transformée.

Mention spéciale pour Bernard Laporte, le spécialiste de la charcuterie fine : C’est vraiment un gros con qui ferait bien de la prendre, la porte !

A lire aussi ces articles :

Hors jeu !
LE MONDE | 16.10.08
© Le Monde.fr

Et ce billet de Maître Eolas, un petit bijou !

Vos commentaires

  • Fab’
    Le 19/10/08

    Merci pour cette vision de notre chère Roselyne Bachelot. Tu as décidément des fantasmes déviants !

  • @Ficanas84
    Le 19/10/08

    J’avoue avoir un petit faible pour le talent vestimentaire de notre Roselyne nationale, surtout depuis qu’elle a représenté l’élégance française avec autant de brio à Pékin.
    Question fantasme, je ne sais pas trop, d’ailleurs, car même sans vouloir porter d’appréciation sur son physique, je pense honnêtement qu’il vaut mieux la voir habillée plutôt qu’en « Mariane conduisant le Peuple » à la façon de Delacroix. Moi, j’aurais tendance à appeler ça une phobie. Mais si tu me préfères déviant, alors, soit !
    Mais après tout, ce n’est pas vraiment ce qu’on lui demande, n’est-ce pas ?
    Si déjà, elle pouvait donner un début de commencement d’amorce de preuve d’intelligence, ce ne serait pas si mal. Mais dans ce cas comme d’en beaucoup d’autres, malheureusement, elle et ses copains du gouvernement ne savent démontrer que deux choses : leurs qualités de perroquets serviles de Sarko et leurs talents de roquets dérisoires. Deux qualités essentielles pour faire partie d’un gouvernement sarkosyen à condition de ne pas vouloir donner l’impression d’être doté d’un cerveau. Et il faut dire que leurs prestations sont, de ce point de vue, de remarquables réussites.

    Allez, entonnons la Marseillaise, pour nous donner le courage de supporter ces tâches.
    A trois : Un, deux, trois
    Allons enfants de la Patri-i-e...

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0