Accueil > Blogue > C’est quand qu’on vote, déjà ?

[Blogue] C’est quand qu’on vote, déjà ?

mercredi 3 juin 2009

Franchement, vous appelez ça une campagne électorale, vous ? Quelle pitié ! Si je n’avais pas fait un nœud à mon mouchoir jetable pour m’en souvenir, c’est sûr, j’aurais oublié que le 7 juin se tient l’élection du parlement européen (PE).
Et ce n’est pas la qualité de la campagne officielle à la télé qui devrait mieux faire comprendre les enjeux et encore moins les programmes des différents partis. En gros, on sait qu’il faut changer l’Europe. Bien, et puis ? Cherche ! Comment on fait ? T’occupes !

Pas étonnant dans ces conditions que les médias prennent davantage les paris sur le taux d’abstention que, d’ailleurs, les sondages annoncent « record ». Quel pied, pas vrai ? Il faut dire que, à la place des « grands partis », on ferait profil bas pour moins que ça. Après le coup de poignard dans le dos du peuple français que constitue la ratification par le parlement national du traité de Lisbonne, venir donner des leçons de démocratie serait un brin déplacé. Mais, on le sait, ces gens-là n’ont pas de pudeur. Ils sont convaincus d’avoir raison puisque c’est pour le bien du pays, dimension que le peuple est bien incapable d’appréhender.

Alors, d’aucuns prétendent réconcilier les antagonistes d’hier — comprenez les partisans du oui et ceux du non. Ben tiens ! Maintenant qu’on s’est fait enfler, on n’a vraiment plus aucune raison de s’écharper. Quelle grandeur d’âme ! Notre voix recommence à compter dès lors que la norme est respectée. Curieuse conception du suffrage populaire.

Et surtout ne demandez pas quel est le bilan des sortants. Ce serait malpoli. Mieux vaut pour cela faire des recherches sur internet, paraît-il, pour dégoter les sites recensant les votes des parlementaires, leur assiduité, leurs rapports, leurs participations aux commissions de travail, etc. Comme votewatch.eu, malheureusement en anglais, lancé par l’Université Libre de Bruxelles et la London School of Economics après la fermeture de parlorama.eu et europarliament.net qui en disaient sûrement trop... Car ce ne sont pas les partis « dominants » qui s’en vantent le plus. Et pour cause : la recherche maladive du consensus au parlement européen a une fâcheuse tendance à gommer les antagonismes politiques et, pour un peu, on pourrait se demander quel intérêt il y aurait à voter PS (au hasard) plutôt qu’UMP (idem). A ce niveau de connivence, être europhile est bien suffisant, non ?

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que j’enrage contre les partis politiques français qui n’ont jamais donné à cette élection le niveau d’importance réelle qui est objectivement le sien. Comment comprendre les enjeux et les forces en présence quand tout le discours ne tourne qu’autour de questions nationales, sans donner la moindre indication des orientations qui seront portées par les élus et avec qui ils comptent les défendre ?

Télérama (n°3098 - du 30 mai au 5 juin) pose la question : pourquoi l’Europe ne fait plus rêver ? Et il va chercher la réponse auprès de Thierry Chopin, directeur des études à la Fondation Robert Schuman et professeur au collège d’Europe à Bruges et à Sciences-Po.
Notre homme, qui donne par ailleurs des réponses assez intéressantes sur les pouvoir du PE, conclut que, en somme, si les Français ont du mal avec ce parlement, c’est parce que chez nous le lobbying passe mal ou que nos parlementaires passent plus de temps à défendre le français ou le siège de Strasbourg qu’à s’impliquer dans les commissions qui comptent. Autrement dit, à s’occuper de questions secondaires.
Bien sûr, il y a des questions bien plus politiques en regard du libéralisme dans lequel baigne l’Europe mais mettre le lobbying et la prétendue « société civile », sorte de nébuleuse inconsistante, sur le même plan que le suffrage universel, merci, pas d’accord. Quant à faire de la défense du français une question annexe, encore moins. C’est aussi là que j’ai un problème avec cette Europe.

Néanmoins, j’irai voter. Et contrairement à l’image que veulent rapporter les médias d’un vote par défaut, résigné, je sais pour quelle liste je voterai. Pas pour le PS et encore moins pour l’UMP, c’est sûr ! Pas pour Cohn-Bendit ni pour Bayrou, non plus. Pas pour les fachos du FN ni pour les Royalistes, faut pas pousser. Mais pour une vraie liste de gauche. Je ne voterai pas contre Sarkosy — dont, à ce niveau, je me fiche comme de mon premier bulletin de vote — mais pour élire des gens qui ne sont pas des thuriféraires du libéralisme économique, même mâtiné de considérations sociales juste ce qu’il faut pour le rendre sympathique. Non, de la gauche de combat, pas de salon !

Vos commentaires

  • France
    Le 03/06/09

    Putain... Mais pour qui je vais voter, moi ? J’ai l’impression d’être une girouette...
    Pourtant, jusqu’à présent, c’était clair pour moi les élections. Sauf une fois où y a fallu se faire un peu violence...
    Mais là. Je sais vraiment pas. C’est grave, non ?
    Tu m’as pas vraiment aidé, en plus, Ficanas. Je ne t’en veux pas, va, t’as l’air un peu emmerdé aussi, alors...

  • Guillaume
    Le 04/06/09

    Merde, t’es d’gauche ? Je croyais pas...

     :-)

  • France
    Le 04/06/09

    Chais pô... c’est où la gauche déjà ?
    En vrai, sans déc ?
     :-((

  • @Ficanas84
    Le 04/06/09

    Emmerdé ? C’est rien de le dire ! Je voterai Mélanchon-Buffet (Front de Gauche), le moins pire des choix à mes yeux, compte tenu de ce en quoi je crois. Mais sans grandes illusions car au-delà du discours, que je trouve intéressant, ce vote a peu de chance d’infléchir quoi que ce soit, sauf si la Gauche Unitaire Européenne (le groupe parlementaire auquel se rattache la liste) voyait ses effectifs sérieusement renforcés.
    Mais sans débat public de fond, réel, hors des quelques rares meetings organisés ici et là, ce n’est pas demain que cette élection drainera les électeurs vers les urnes. Pourtant, les pouvoirs du PE vont aller en se renforçant. J’ai le sentiment d’une vraie chape de plomb, comme si certains partis, accompagnés par des médias complices, ne voulaient pas qu’un nouveau débat sur l’Europe ait lieu dans notre pays.

  • @Ficanas84
    Le 04/06/09

    Qui ça ? France ou moi ? Bon, c’est sans importance...

    J’ai lu ton article du 29 mai (et d’autres aussi dont je te recauserai à l’occasion) et je constate que t’es guère plus avancé que moi. Ssssssssgniark !

    Bref, on est dans la merde, mon bon monsieur...

  • France
    Le 05/06/09

    France, sans doute. C’est le concept du patron de gauche qu’il a du mal à visualiser... Je comprends ça, j’ai du mal aussi. Trés beaucoup mal parfois.
    Bon, bref. Tout ça ne me dit toujours pas pour qui je vais voter... bordel...

  • @Ficanas84
    Le 05/06/09

    Ah ouais, c’est sûr !

    Bon, ben, si tu sais pas, tu votes blanc. C’est bien aussi, ça... Enfin, je crois mais bon. C’est surtout triste !

  • France
    Le 05/06/09

    Nan puisque ça ne compte pas... Ni blanc, ni pas de vote, je te rassure. Le droit de vote, j’ai des soeurs qui se sont battues pour que je l’ai et c’était y a pas si longtemps que ça. Je vote. Le problème c’est que ce vote ait une signification précise et là... Je vais quand même pas voter pour voter ? C’est quoi ce plan où tu te dis : merde, faut que j’aille voter ? Sans illumination d’ici dimanche (mais vu les débats...) ce sera Marie-Georges, je pense... sur l’image de l’union, du plus nombreux plus forts... En espèrant qu’ils ne se boufferont pas le nez trop vite...

  • Guillaume
    Le 05/06/09

    Moi, j’ai encore ma discipline de parti que je m’impose. Elle fera que peut être, je trancherai plus facilement devant mon bulletin, dans l’isoloir. Etant encarté, si je ne vote pas pour mon parti, je le trahis, et donc, il faut que j’en tire les conséquences.

    Alors, j’ai un coup d’avance sur toi...

  • France
    Le 05/06/09

    Une discipline que tu t’imposes ? Beurk ! Qui es tu ? Imposteur ! Sors de ce corps et rends moi mon Guigui !!!

    N’empêche, c’est pratique. Limpide. Faudra que j’y pense à m’encarter, ça m’évitera des migraines.

  • France
    Le 07/06/09

    Bon ben ça se précise... chez moi, le Front de Gauche a collé ses affiches sur les radars automatiques... ;o)))

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0