Accueil > Blogue > Diversions

[Blogue] Diversions

samedi 12 juillet 2008

Soyons heureux, mes frères, Ingrid est libre. Soyons heureux pour elle, pour sa famille et ses amis ; heureux pour le chrétien en chef auquel elle baisera la main ; heureux pour Lourdes qui va connaitre une pointe d’affluence dès qu’elle s’y rendra ; heureux donc aussi pour le commerce de l’eau bénite et des vierges fluorescentes ; heureux qu’Ingrid ne se coupe pas les cheveux (poussons à ce sujet un soupir de soulagement). Bref, soyons heureux sans réserve !

Réjouissons-nous aussi. Il y a des curetons, quelque part dans l’est du pays, qui parodient la Star’Ac pour rameuter d’infidèles fidèles qui désertent les églises. Elle en a bien besoin, l’Église. Tout le monde veut être évangéliste, musulman ou bouddhiste et plus personne ne s’intéresse à ce sympathique culte catholique. C’est bien, finalement, de savoir qu’ils sont encore une poignée à y croire.

Ayons tout de même une pensée émue pour la grande victime de l’arbitraire audiovisuel : PPDA est viré du 20 heures de TF1. Écrasons une larme de compassion pour le sort injuste fait à ce monument de l’impertinence et du cirage de pompes. C’est vraiment trop cruel !

Soyons à nouveau heureux pour nos chers athlètes qui pètent de bonheur car le Furoncle a enfin annoncé sa venue à la cérémonie d’ouverture du truc olympique de Pékin. C’est le gros Doudou qui le dit. Il est gentil, Doudou. Comme un panda qui se goinfre aux pousses de bambou, les cernes en moins. Vont pouvoir décrocher plein de médailles, nos athlètes, portés par cet élan stimulant, comme par un coup de fouet que ne manquera pas de leur donner la dernière médiocrité sarkosyenne. Cocorico ! Ils feront moins les malins les "chinetoques" quand la Marseillaise résonnera dans leurs stades flambant neufs. Dommage que la pollution risque d’anéantir ces belles perspectives, je vous le dis. Mais au moins, ils auront une excuse recevable, ce coup-ci, nos athlètes ! On peut leur suggérer aussi de porter un T-shirt "Free Tibet" ou RSF et de courir plus vite que la police chinoise. Tiens, c’est pas con, ça, pour les médailles.

On se demandait ce que devenait "l’affaire". Maintenant, on sait. Depuis 20 ans qu’on nous bassinait avec la mort du petit Grégory, ça aurait été dommage de renoncer. Alors, on nous exhume de nouveau le malheureux bambin et on va pouvoir se passionner encore pour l’histoire. Au moins pour cet été.

Espérons que ça ne fera pas d’ombre à l’union pour la Méditerranée dont le Furoncle semble vouloir qu’elle soit notre nouvelle frontière à nous. C’est pas grave que personne n’y entrave que dalle. L’essentiel, c’est que le petit s’amuse, comme avec sa toquante de maquereau. Réjouissons-nous d’ailleurs du succès plus que mérité du nouvel album de la première dame de France à avoir épousé un président de la Vème République en fonction (ce qui n’a aucun rapport, enfin, je pense, avec le proxénétisme). C’est mérité puisque la presse est quasi unanime. C’est du délire, cet enthousiasme librement consenti mais poli.

Quoi d’autre ? Ah oui, c’est le temps des vacances. Bison futé voit rouge, orange et noir. Et puis, les alarmes de piscine, que le gouvernement a imposées, ne sont pas fiables. Les baisés sont priés de se compter discrètement.

Ça, c’est en gros ce qui fait l’info importante. Les mesquins et les rabats-joie déploreront qu’on ne cause pas suffisamment du dynamitage du Code du Travail qui se discutera bientôt au Sénat après avoir fait un tour feutré à l’Assemblée. Boum, les 35 heures et la civilisation des fainéants ! Taillables et corvéables à merci qu’on sera à la rentrée. Retour au bon vieux servage, à l’esclavage. Car en plus faudra pas trop compter sur nos salaires pour vivre. Faut bien rémunérer les actionnaires, pas vrai ? Et puis, la concurrence et tout ça...

Franchement, je ne vois aucune raison d’emmerder nos concitoyens avec des trucs aussi triviaux alors que leur préoccupation principale est de rallier la première plage ou que les TGV ne tombent pas en panne sous la canicule. Sainte Ingrid, priez pour eux à Lourdes.

Dans un sens, on les comprend : Bientôt, les vacances se sera un rêve inaccessible, comme à la Belle Époque. Comme on travaillera plus, on gagnera plus, forcément, enfin, il paraît, mais on n’aura plus le temps d’utiliser cette manne. C’est vraiment ballot. On aura plus qu’à installer nos tables ou nos couvertures de pique-nique le long des routes, ou des ponts sur les autoroutes, pour regarder passer les "privilégiés" au volant de leurs belles voitures. Comme on faisait dans le temps quand on allait à Orly voir décoller des avions plein de bourgeois qui étaient les seuls à pouvoir se payer des voyages. Enfin, pour ceux qui habitaient par là.

La seule chose que je me demande, c’est si ce bel agencement va durer longtemps. Les médias ont beau faire diversion avec des infos à la con, à un moment donné, la réalité va bien finir par nous sauter à la gueule. Car quand on fait le compte, les "réformes" du Furoncle, elles commencent à toucher un sacré paquet de monde et surtout pour les foutre dans la merde. Il a beau rouler des mécaniques, il est en train de tout saloper. Il n’y a guère que ses amis du CAC 40 qui peuvent encore trouver à se réjouir. Et encore, faudrait pas que la bourse se casse trop la figure sinon il pourra plus compter sur les zincs et les rafiots des copains. La guigne. Surtout que ce bonheur distribué avec tant de zèle est très propice à un coup de pied au cul dispensé avant terme.

Vous aurez remarqué que, par les temps qui courent, l’électeur sarkosyen se fait rare. Il est vrai qu’il faut être sacrément arrogant ou inconscient pour s’en vanter publiquement. Et comme en plus ces malheureux trinquent pareil que les mécréants qui se sont opposés à lui, les vocations sont en crise. Sa tactique de division est en train d’unir beaucoup de monde, finalement.

Le problème avec tout ça, c’est que la réaction risque d’être irrationnelle car désespérée. Et quand on a une armée qui confond balles à blanc et balles réelles, c’est pas fait pour rassurer. Vaudrait mieux que Son Insignifiance demande dès maintenant l’asile politique en Chine ou en Syrie, chez ses nouveaux copains, et qu’il ne s’accroche pas à ses phantasmes. D’ailleurs, il pourrait profiter du défilé du 14 juillet pour rentrer avec El Assad. Car ça pourrait bien être un peu chahuté comme prestation cette année. Entre les militaires qui tirent... la gueule et le public qui pourrait ne pas donner que dans l’acclamation admirative...

Si, en plus de nous renvoyer au XIXème siècle, il réussit à rompre la paix civile, ce qui n’est pas à exclure, hélas, il aura vraiment modernisé le pays, notre Furoncle, et il pourra se vanter de laisser son nom dans l’histoire. Mais peut-être pas au chapitre qu’il souhaitait.

Allez Sarko, encore un petit effort, tu touches au but. La porte est par là !

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0