Accueil > Blogue > Christian Pride : L’intoxication évangéliste

[Blogue] Christian Pride : L’intoxication évangéliste

samedi 24 mai 2008

Ce samedi 24 mai 2008, se déroulait, dans plusieurs villes de France, la marche des fiertés chrétiennes. "Christian Pride" comme on dit en Auvergne et en Franche-Comté ! Une sorte d’ersatz de la fameuse Gay Pride mais en bien moins sympathique. Ne rigolez pas car il n’y a pas vraiment de quoi. Voir cet article :

On avait eu la vache folle, l’hormone de croissance, l’huile de tournesol ukrainienne frelatée à l’huile de vidange (Le Canard Enchainé des 14 et 21 mai 2008), le sang contaminé, Tchernobyl (encore l’Ukraine), Sarkosy, la grippe aviaire (qui a fait tant de dégâts dans notre police), voilà qu’un nouveau fléau s’abat sur notre malheureux pays : Les protestants évangélistes.

Ces zigotos-là n’ont rien de vraiment sympathique. Ils sont plutôt à gerber. Car ces grands spécialistes du prosélytisme à l’américaine sont persuadés de détenir LA vérité, celle qu’ils croient déceler dans LEUR interprétation des textes, paraît-il, sacrés. Et ils n’hésitent pas à employer tous les moyens pour convaincre les réfractaires. De vrais saints !

Cela les autorise à condamner les mœurs de ceux qui ne partagent pas leurs convictions, notamment l’influence supposée de Mai 68 (pardi !). Ces grands amis de Bush [1] croient dur comme fer que Dieu a créé l’homme à son image, le malheureux, sous prétexte qu’un abruti l’a écrit dans un moment de désespoir, il y a de cela quelques milliers d’années. Évidemment, ces défenseurs de la morale et de la famille sont d’ardents militants anti-IVG et colportent cette vision biblique de la femme (au foyer et pondeuse de chiards) que même les plus primaires des islamistes ne contesteraient pas. Et Dieu sait si ces derniers sont progressistes.

Oui, vraiment, il n’y a pas de quoi s’écrouler de rire à voir de tels demeurés venir bénir nos villes et nous apporter la bonne parole en chantant force cantiques à la noix. Ils veulent investir toutes les sphères publiques. Ben tiens ! Les guerres de religion, c’est pour quand ? Ah ! Que revienne enfin le temps béni de l’Inquisition et de ses buchers pour ramener le troupeau piteux de l’Humanité dans les chemins lumineux de Dieu miséricordieux !

Je ne conteste à personne le droit de croire (ou non, d’ailleurs) et de vivre selon les préceptes qui lui conviennent. Mais la religion est une affaire intime. J’ai déjà du mal avec les interventions moralisatrices et rétrogrades du curé en chef, alors avec ce déballage de bondieuseries...

On peut toujours m’opposer que le droit à manifester est l’expression de la vie démocratique et qu’il vaut pour l’expression de toutes les opinions. Certainement. Mais dès lors que la religion sort du cadre privé et prétend nous imposer ses dogmes, elle s’expose à un débat et à des réactions que, la plupart du temps d’ailleurs, ses thuriféraires n’acceptent pas.

Certes, il n’est pas juste de mettre tout le monde dans le même panier. La grande majorité des croyants ne fait pas de vague et vit sa religion sans emmerder les voisins. Seules quelques minorités, plus ou moins sectaires et/ou extrémistes, se posent en gardiennes auto-proclamées d’une certaine morale. La leur et seulement la leur. Et là encore, il y a de la concurrence !

La prétention inouïe de ces gens-là à vouloir régler nos vies alors que nous ne leur demandons rien est une véritable agression. Que ne dirait-on pas si des athées ou des agnostiques allaient crier leur rejet de la bible ou des évangiles dans leurs temples, églises et mosquées ? Ce ne seraient que des réactions scandalisées fustigeant l’intolérance. Et on aurait probablement raison. Par contre, eux ne manquent pas d’imagination pour s’attaquer à la Loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État. Il leur est impensable que l’on puisse prétendre vivre à l’écart de leur foi.

Alors qu’ils nous foutent la paix avec leurs bons dieux, leurs Jésus, Mahomet et consort. Si j’ai besoin d’une religion, je sais où trouver des concessionnaires. Et, justement, je n’en veux pas.

Notes

[1L’homme qui, au nom de la civilisation (chrétienne) et de Dieu, fait la guerre au terrorisme islamiste, c’est à dire, grosso modo, à l’Islam bien sûr, comme au bon vieux temps des Croisades.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0