Accueil > Blogue > Bédarrides2014 : pourquoi je soutiens la liste Sérafini

[Blogue] Bédarrides2014 : pourquoi je soutiens la liste Sérafini

dimanche 19 janvier 2014

Voilà ! La campagne pour l’élection municipale à Bédarrides est lancée après les présentations successives des deux listes principales et l’annonce d’une possible troisième.

Joël Sérafini

Ma préférence va, bien entendu, à la liste du maire sortant, Joël Sérafini, étiqueté « Divers Gauche ». J’avais déjà voté pour lui en 2008, aux deux tours, et je ne vois aucune raison pour lui retirer ma confiance, même si je suis un poil réservé sur certains aspects de sa politique et même si je regrette que certains de ses compagnons de la première mandature se retirent pour des raisons très valables qui leur appartiennent, tels Philippe Heckel et Jean-Louis Mazzia. Dont acte.

Le personnage me plaît bien. J’ai discuté avec lui et ai assisté à des réunions qu’il animait. Certes, c’est un peu court pour justifier un soutien mais c’est un point important. Il est enthousiaste et dynamique et il sait communiquer sa soif d’action au travers de projets pertinents où le souci de l’intérêt général est un élément central. Bédarrides a indéniablement changé ces 6 dernières années : le village a embelli et s’il n’a pas de très nombreux atouts pour attirer le visiteur curieux et le voyageur désirant poser ses valises, ceux dont il dispose ont été mis en valeur d’une manière intelligente et d’autres ont été créés qui participent à son charme et sa douceur de vivre.
Car décidément, oui, il fait bon vivre à Bédarrides. Et ce n’est pas seulement une question de jardins publics ou de pierres vieilles ou récentes, de patrimoine restauré. C’est aussi une affaire d’ambiance, d’animations proposées, de lieux de vie, de rencontres et de partage, sans parler des aménagements et des services contribuant à la sécurisation du village et de ses abords ou à faciliter la vie des habitants, jeunes et vieux, à la rendre plus agréable. C’est aussi une question d’état d’esprit, de motivation, d’ouverture à l’autre, de respect et de promotion des valeurs républicaines.
Et puis, Joël Sérafini et son équipe ont des projets très intéressants dans leurs musettes. Rien de grandiose ni d’extravagant mais des projets au service du village et de son rayonnement, soucieux d’une utilisation raisonnée de toutes ses ressources y compris financières.

Je connais la plupart des membres de l’équipe sortante et de la nouvelle équipe, pour avoir parfois partagé à leurs côtés des événements auxquels ils ont contribué. Ils ont tous ma sympathie et ma considération et je souhaite ardemment leur succès car leur bilan est plus qu’honorable. Il est excellent et ils peuvent en être fiers. Ils ont bien travaillé et il faut qu’ils poursuivent pour qu’on continue de bien vivre à Bédarrides.

Christian Tort

La candidature de Christian Tort n’est pas réellement une surprise. Elle couvait depuis plusieurs mois mais on ne peut s’empêcher d’en retirer un sentiment bizarre d’improvisation mêlée d’incrédulité. Un peu comme s’il fallait être là et que ce fût lui qui s’y collât. Car ça commence très fort : Christian est le fils de l’ancien maire de Bédarrides qui s’est retiré en 2008 après 18 ans de mandat. Il avoue ne rien connaître à la chose publique, ce qui est à coup sûr un argument de campagne singulièrement percutant et démontre une motivation époustouflante. Son projet est à l’avenant : vide !
A tel point que jusqu’à ce jour, il n’existe aucun document écrit pour l’exposer. Mais ça va venir, c’est sûr. En effet, la première chose que Christian et sa bande ont faite, est la diffusion d’un questionnaire pour demander aux Bédarridais... ce qu’ils voulaient qu’ils fassent ! Trop fort !
On nous caresse évidemment un peu dans le sens du poil avec l’éternel thème de la sécurité qui tombe ici un peu à plat car les statistiques sont plutôt satisfaisantes. On sent que le cœur n’y est pas vraiment. Mais on nous promet surtout de régler le « fameux » problème du nouveau « quartier des Garrigues ». Et là, on sent un frémissement et on atteint des sommets d’hypocrisie. Car, en fait de problème, les seuls qui en trouvent sont les anciens propriétaires des terrains expropriés pour réaliser la zone aménagée. Et je vous le donne en mille : au nombre de ces propriétaires, on compte la famille de notre ami candidat et sans doute de certains de ses colistiers.

C’est que, voyez-vous, Bédarrides a souvent été affligée par les caprices de ses rivières (notamment, l’Ouvèze et la Seille). Souvenez-vous de 1992. Dès lors, bienheureux celui qui possède un lopin de terre sur les hauteurs du village pour y cultiver sa vigne ou y construire sa masure. Bien sûr, les limites du village n’étant pas extensibles, ces terres assez peu nombreuses sont précieuses. Et dans l’idée de leurs propriétaires elles sont donc très chères. Ou devraient l’être.
Le projet des Garrigues avait été mis en route, plutôt mollement, par l’ancien maire, André, ci-devant père de notre Christian. Tellement mollement que le projet a végété suffisamment longtemps pour que ce soit l’actuelle municipalité qui le mette en œuvre après l’avoir un poil redimensionné (en plus modeste). Et c’est là qu’est le problème car ces terres agricoles n’avaient évidemment pas la même valeur pour leurs propriétaires, qui sont de grands sentimentaux, d’un côté et la puissance publique, de l’autre. D’où bataille juridique et tout ça et contestation de la déclaration d’utilité publique. Finalement, la justice a tranché. Le projet est légal. Le prix d’achat des terrains a été fixé plus cher que leur prix initial et moins que ce qu’en voulaient les proprios qui comptent bien sur un changement de majorité pour remettre le couvert. Bien entendu, ceci au nom de l’intérêt général car il faudrait vraiment avoir l’esprit extrêmement mesquin pour n’y voir qu’une affaire de gros sous.

De fait, notre ami Christian est le candidat des notables et des propriétaires terriens. Sa numéro 2, Maryse Tort (une simple homonyme), présidente de l’association constituée d’office (asco) des mayres et des fossés, est fameuse pour sa gestion si soucieuse de l’intérêt commun. Une personne pas vraiment réputée pour son caractère affable et sa délicatesse. Elle est aussi la rédactrice en chef de la feuille de ragots anonymes intitulée « Au courant de l’Ouvèze » que j’avais déjà évoquée dans ce vieux billet et que nous avons reçue épisodiquement dans nos boites à lettres durant ces 6 dernières années. Pas de la grande littérature, il faut bien dire. Un torchon axé essentiellement sur la critique de la municipalité (ce qui est leur droit, bien sûr) sans jamais se risquer à faire la moindre proposition (on comprend mieux le questionnaire, aujourd’hui) et surtout à travers la personnalité particulière du maire. Disons plutôt de... « son genre ». Que voulez-vous, il y en a, ça les rend très bêtes et très méchant(e)s de devoir supporter des « personnes comme ça ».
Autre trait significatif : cette prétention à croire que Bédarrides serait comme une île à l’écart de la république et dont l’accès devrait être réservé à ses seuls habitants si possible de souche ou de longue date ou régulièrement adoubés par un jury ad hoc. Car il est des gens, dans le voisinage de notre village, qu’on ne veut surtout pas voir s’y installer. D’où cette crispation irrépressible dès qu’on parle de créer des logements sociaux : s’ils ne sont pas réservés à nos pauvres à nous, basta cosi ! Et si l’on insiste, c’est à coup sûr parce qu’on veut faire venir des Maghrébins cas sociaux voisins qui vont pourrir notre belle cité si accueillante. A ceci près que ces fameux cas sociaux sont aussi des Français qui, logements sociaux ou pas, ont le même droit que nous de vivre sur notre commune. Et ça, ça leur fout un urticaire pas possible et des poussées d’eczéma terribles à ces messieurs-dames.

L’affable Christian Tort se disait prêt, il y a quelques semaines, à accueillir sur sa liste des militants frontistes et des communistes (mouarf !). Pardi ! Le bel esprit d’ouverture que voilà, si bien équilibré, n’est-ce pas ? Mais qui sonne tout de même un peu faux car si pour le FhaiNe, ça y est, c’est avéré (voir le billet de Philippe Heckel), qui cela surprend-il vraiment ? Quant aux cocos, c’est pas gagné et ça ne devrait pas l’être. Encore une fois, est-ce si étonnant ?
Mais pour quelqu’un qui prétend être et vouloir le meilleur pour sa commune, les noms de certain(e)s colistier(e)s sonnent un peu comme un cinglant démenti. J’ai déjà évoqué sa si sympathique et si brillante n°2 mais je pourrais aussi citer cette autre, réputée pour sa grossièreté et sa bêtise crasse, qui se répand déjà dans le village en jurant qu’elle va pouvoir faire embaucher sa parentèle à la mairie. Une motivation comme une autre, me direz-vous...
Bien sûr, il y a aussi des gens très estimables et très honorables dans cette liste. J’ai même vu le nom d’un mien cousin et Christian Tort est lui-même un homme sympathique. Mais, tout ceci n’est pas très séduisant et est à l’opposé de mes convictions. Et je ne parle même pas de ce slogan tellement démagogique et affligeant : « Notre parti, Bédarrides » qui souligne encore davantage le vide sidéral de cette liste.

Les fafs

Enfin, la troisième liste pressentie pour briguer la municipalité est une liste PDF — parti de la France — avec Carl Lang soi-même, qui rêve de prendre pied en Vaucluse, et la plupart des déçus du FhaiNe local et de la Marionnette qui, quant à elle, a choisi d’aller guerroyer à Sorgues. Pouah !

Bien sûr, non merci, sans façon !

Pour la victoire

Voilà pour ce premier état des lieux. Peu de surprises en fait et une seule conviction, en fin de compte : il faut que Joël Sérafini et son équipe continuent de gérer Bédarrides pour lui assurer le meilleur avenir possible et lui éviter de sombrer dans la médiocrité des conflits d’intérêts, de l’esprit de clocher imbécile et la haine de l’autre, pour que Bédarrides continue d’être fidèle à la république sociale et laïque et pour qu’il y fasse toujours bon vivre !

Allez Joël, bon vent et hasta la victoria siempre !

Vos commentaires

  • christian carloni
    Le 20/01/14

    Bravo et merci pour ce texte superbe.
    excuse mon emportement...sur tweeter tu devrais éviter de relayer des tweets ou infos qui "discréditent" la gauche gouvernementale. Hollande et les supposés sociaux/democates/libéraux...and co ne me conviennent pas du tout, mais je préfère les ignorer plutôt que d’être obligé de "critiquer défavorablement".

    A bientôt mon ami
    Christian

  • villard virginie
    Le 23/01/14

    bravo !!!! et MERCI !!!!

  • BOSVET Jacqueline
    Le 26/01/14

    Bonjour Marc :

    Très bon texte !!! même si je ne suis pas complètement d’accord avec toi sur
    tout ...je me range du côté de Christian Carloni .
    Il y a des gens bien dans tous les partis sauf dans le FN ou ils sont tous mauvais .Pour moi , du moment ou on se sent supérieur aux autres , c’est qu’intérieurement , on est mauvais ..
    Mais pour le reste , BRAVO .....J’espère que les Bédarridais feront la diffèrence entre Bédarrides 6 ans en arrière et Bédarrides maintenant .
    Notre soutien et notre récompense , c’est les paroles de gentillesses des Bédarridais qui reconnaissent le travail accompli en 6 ans et leur espoir de nous garder .
    J’en profite aujourd’hui pour les remercier .

  • carloni christian
    Le 20/03/14

    Je viens de relire ton texte...J’espérai que les "meilleurs" le liraient et comprendraient enfin pourquoi il faut que JoëL continue un ou deux mandats encore. (Mais Il faut que ses colistiers le brident un peu car Il a des tendances un peu mégalo !)
    Peine perdue, décidément il faut leur mettre une bonne rouste ce coup-ci et les éliminer de toute vie publique ou associative sur Bédarrides.
    Ils sont nuisibles.
    A bientôt pour fêter la victoire de notre village.
    Amitiés
    Christian
    Nb : merci Jacqueline

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0