Accueil > Blogue > Les messagers de la haine ordinaire

[Blogue] Les messagers de la haine ordinaire

vendredi 3 janvier 2014

Je suis parfois très étonné par la crédulité de personnes de mon entourage, notamment en ce qui concerne certaines « informations » circulant sur les réseaux sociaux. Ce sont pourtant des gens réfléchis, tout à fait capables d’analyser une situation afin de prendre des décisions pertinentes et qui, d’ordinaire, exerceraient leur sens critique avant que de s’approprier une information et de la relayer.
Bizarrement, Internet semble abolir cette réserve salutaire et de bon aloi qui, « dans la vraie vie », est censée nous éviter de prendre des vessies pour des lanternes, sans y parvenir systématiquement, certes, mais suffisamment pour ne pas passer pour un plomb.

Il est vrai que ce sont souvent des informations qui touchent à notre sensibilité face à ce que nous percevons comme des injustices ou des atteintes à la dignité humaine. Alors, notre sang ne fait qu’un tour et on s’indigne avant même de nous être interrogés sur la réalité de ce qu’on nous sert comme une vérité. Le plus souvent d’ailleurs, ces informations nous parviennent par des connaissances qui ont réagi comme nous après les avoir reçues de la même manière. Alors, notre méfiance naturelle n’est plus en alerte puisqu’il s’agit d’amis ou de gens que nous connaissons pour ne pas s’en laisser compter si facilement.

Je trouve que ce genre de situation a malheureusement tendance à se multiplier et, le plus souvent, autour de faits de société qui impliquent l’attitude réelle ou supposée de la Justice face à des actes extrêmement graves qui nous choquent et nous écœurent. Et là, il faut dire que certains se sont fait une spécialité de dénigrer la Justice en jouant de l’ignorance de la plupart d’entre nous face à ses mécanismes, son jargon et aussi face à la loi que nul n’est censé ignorer mais que nous méconnaissons tous dans les grandes largeurs. A tel point que chacun s’en fait l’idée qui lui convient et ne voit les arrêts de justice qu’au travers de son prisme personnel. Et ce ne sont pas les journalistes, même lorsqu’ils sont estampillés « spécialisés », qui nous éclaireront alors que c’est en principe leur fonction.
Alors, je frémis lorsque je lis certains commentaires, prétendument frappés au point du bon sens, réclamant une plus grande sévérité de la justice, bien sûr, et la mise en pièce des droits de la défense qui, paraît-il, bafouent ceux des victimes. Il est heureux que certaines affaires sordides de ces dernières années n’aient pas été jugées par les « jurys populaires » de Facebook ou de Tweeter. Il y aurait certainement du sang partout et des morceaux de corps humains virtuellement éparpillés façon puzzle, selon l’expression devenue légendaire. Quant à la Justice...

Le dernier exemple en date est celui d’un arrêt de la Cour de Cassation italienne relaté dans un article d’Il Quotidiano della Calabria le 7 décembre 2013 dont voici la traduction approximative :

CATANZARO - Lui 60 ans et elle 11 ans. Lui est un employé des services sociaux de la commune de Catanzaro, elle, l’enfant d’une famille en déshérence. La maman l’avait confiée à ses soins et il l’avait prise dans ses bras. Mais quand les policiers avaient fait irruption dans sa maison au bord de la mer, ses bras la serraient sous les draps de son lit, tous deux nus. Mais aussi amoureux, écrivent aujourd’hui les juges de la Cour de Cassation, entre les lignes d’un arrêt qui ne manquera pas de faire jaser, en voyant une circonstance atténuante justifiant le consentement de la victime aux rapports sexuels avec l’accusé. La condamnation à 5 ans de réclusion, pourtant par deux fois déjà infligées à Pietro Lamberti, est cassée et celui-ci est renvoyé une nouvelle fois devant la Cour d’appel de Catanzaro pour les mêmes faits. Qu’en ressortira-t-il vraiment, de cette villa transformée en alcôve pour un amour interdit, fait de coups de téléphone quotidiens et de rencontres à toutes les heures ?

« Mais tu m’aimes ? », lui demandait romantiquement la fillette. Et lui tentait vainement de la tranquiliser pour se laisser aller à des commentaires érotiques. Jusqu’à ce que la peur d’une grossesse l’aurait fait arrêter. Alors la peur avait remplacé la séduction comme il ressort de quelques-unes des centaines de dépositions récoltées par les policiers. Elle lui faisait une sonnerie quand elle se trouvait seule à la maison et lui la rappelait sur son portable, exception faite pour le weekend. « Ne m’appelle pas samedi et dimanche car je suis en famille », l’avertissait-il. Et elle obéissait. Comme ce matin ensoleillé du 22 juin, il y a trois ans, au moment de mettre la jupe pour pouvoir « le rencontrer » dans la voiture car revenir à la maison de Roccelletta aurait été trop risqué. « Son homme » lui aurait confié que depuis quelques temps il se sentait épié par sa mère, au point de recommander continuellement à la fillette de ne parler avec personne et de ne pas raconter ce qui se passait dans la maison de Roccelletta, « car ceci est un secret que nous devrons emporter dans la tombe. » Mais, finalement, le secret fut découvert. Et Lamberti est tombé directement dans les filets des policiers qui, après avoir eu connaissance de la rencontre, l’avaient suivi et surpris en flagrance.

Il est certain que la lecture d’un tel article est de nature à donner la nausée et c’est exactement ce qui s’est passé. Mais l’itinéraire de cette information est assez curieux et mérite de s’y arrêter un instant car je le trouve très significatif de la tendance dont je parle.
Elle est d’abord reprise en termes presque identiques dans un billet du blogue Ladyblitz (en italien), le 8 décembre et sans aucune remise en cause. Puis, le 27 décembre, elle est publiée sur le site français Media-Presse-Info qui, se définissant comme le chantre de « l’info sans concession », se permet de rajouter sa petite couche maison pour le cas où le côté sordide de l’histoire serait trop peu perceptible. Mais toujours pas de remise en question de l’interprétation de l’information de base. Enfin, le 29 décembre, c’est le site Egalité et réconciliation qui ajoute sa petite contribution à l’histoire, sans doute pour souligner, comme l’impose sa marque de fabrique, la Justice sans morale de ce siècle de décadence. Bien entendu, la démonstration, aussi lapidaire qu’elle est, est incompatible avec une recherche même succincte d’une interprétation différente.

Commence alors la petite « tournée des amis » avec sa succession de « partages » et de commentaires outrés.

Entretemps, en Italie, le 14 décembre (soit 7 jours après l’article du Quotidiano della Calabria), le site Golem Informazione publie l’interview de la criminologue Luana de Vita qui apporte un éclairage singulièrement différent sur cet histoire. En réalité, la Cour de Cassation italienne n’a aucunement statué sur la réalité du délit (ce qui n’est d’ailleurs pas son rôle) mais sur l’absence ou l’insuffisance de motivation du refus, par la cour d’appel, des circonstances atténuantes demandées par la défense, parmi lesquelles l’invocation du sentiment amoureux prêté à la victime pour son agresseur qui minorerait sa faute, en excluant toute contrainte ou violence, ce que réfutent les juges du fond, et aussi la proposition d’une indemnité de 40.000 €, jugée incongrue par la cour d’appel, sans que ces mêmes juges ne précisent quel montant serait plus acceptable ni n’ordonnent d’expertise médico-psychiatrique de la victime afin d’évaluer le préjudice subi. Des aspects purement techniques, donc.

C’était donc ça ! On est loin du psychodrame joué par le quotidien calabrais et les sites conspirationnistes français. Finalement, le Nouvel Obs (Rue 89) dans sa rubrique « Le démonte-rumeur », publiera le 31 décembre l’un des seuls articles français allant dans le sens de la vérité juridique. Sur le forum du site Hoaxbuster.com, des contributeurs s’interrogeaient quant à eux sur cette affaire qui semblait prendre de l’ampleur, essentiellement en France, sans émouvoir l’Italie plus que ça.

Car c’est là l’un des aspects remarquables de toute cette histoire : les divers moteurs de recherche ramènent tous à ces mêmes articles signalés plus haut mais à aucun des grands journaux italiens (Il Corriere della sera, La Stampa, La Reppublica, L’Unità, pour ne citer que ceux-là) comme si ces derniers se désintéressaient totalement d’une affaire de pédophilie provinciale. A moins, bien sûr, qu’ils ne trempent jusqu’au cou dans la conspiration de la décadence morale. On n’est jamais sûrs de rien, c’est sûr ! A moins que ces journalistes-là aient simplement fait correctement leur boulot et constaté qu’il n’y avait pas là de quoi fouetter un chat.

Car enfin, on peut comprendre que le commun des mortels réagisse aux informations qu’on lui donne avec sa sensibilité, sans remettre en cause leur véracité ni les vérifier. Après tout, ces informations sont censées avoir été analysées par des journalistes dont c’est le métier. Évidemment, je me place ici dans un contexte carrément idéal où les journalistes et les journaux qui les emploient s’enorgueillissent de délivrer des informations fiables et étayées, gages de leur crédibilité. Malheureusement, il semble que la rigueur et la compétence ne soient pas les qualités les mieux partagées dans une certaine presse. Car, sinon, comment expliquer que des sites qui prétendent être des références de « l’info sans concession » ne se donnent même pas la peine de rechercher des compléments possibles à l’information qu’ils se proposent de diffuser afin de la recouper, comme on dit. Il m’a fallu moins de 2 heures pour trouver les articles expliquant réellement le sens de l’arrêt. Du boulot d’amateur, en somme. Et je n’ai fait cela que parce que les affirmations initiales me semblaient fantaisistes. Il faut dire que j’apprends aussi beaucoup sur la Justice en lisant Maître Eolas...

Dans le cas présent, si l’article du journaliste du Quotidiano della Calabria peut être imputé à son incompétence en matière juridique, sa reprise par les 2 sites français n’est évidemment pas fortuite. Non pas que l’incompétence ne puisse ici être invoquée, au contraire elle est même plus que probable et pas seulement en terme de Droit. Mais on a davantage à faire avec une volonté politique visant à instiller l’idée que la Justice est laxiste, qu’elle méprise la victime et protège la racaille et que si la loi ne punit pas suffisamment, il reste une justice populaire, sans doute la vraie, qui coupe les cous et les couilles sans s’attarder en vaines discussions, toujours un peu pénibles.

Il ne faut pas négliger le pouvoir de nuisance de ces gens qui véhiculent aussi des idées assez éloignées des valeurs de notre République. Car, même après que l’on a rétabli la vérité, il reste des gens pour se dire scandalisés par l’information initiale et fausse. Voir les commentaires sur Rue89. Comme s’il était finalement plus simple de croire... ce que l’on souhaite croire. Il faut dire aussi que, comme il est fréquent dans de nombreux cas similaires, argumenter pour expliquer est forcément plus long et complexe que jeter des anathèmes, surtout lorsque ceux-ci s’appuient sur des préjugés. Qui prendra la peine de lire un long article développant un raisonnement logique et documenté alors que le ragot ne couvre pas plus de 10 lignes ?
Pour autant, il ne faut rien lâcher et ne pas céder un pouce à ces entreprises de mensonges grotesques et nuisibles.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0