Accueil > Blogue > Brunehilde 2 : le retour de la reine

[Blogue] Brunehilde 2 : le retour de la reine

BMW R1150RT

dimanche 25 août 2013

JPEG - 183.6 ko
Brunehilde

S’il n’avait tenu qu’à moi, je roulerais encore aujourd’hui au guidon de ma belle R1200RT rouge de la première génération (AM 2006). Cette moto me convenait très bien et je l’avais parfaitement en main. Après l’expérience plus que réjouissante de la K1200RS, c’était même de la gourmandise. Je ne me considère pas, en effet, comme un consommateur de motos et j’aime bien garder les miennes plusieurs années, histoire de faire vraiment le tour des plaisirs qu’elles peuvent procurer.

Seulement voilà : j’avais acheté ma belle au moyen d’un crédit spécial. En gros, tu finances la moitié du prix d’achat de ta bécane pendant 3 ans au terme desquels soit tu la gardes et rembourses une mensualité égale à la moitié restante, soit tu en changes pour une plus récente et tu repars pour un nouveau cycle. C’est pas forcément donné mais ça permet de rendre son rêve un peu plus accessible. J’avais décidé de garder ma Brunehilde à la fin des trois années et j’en avais informé le vendeur, comme toujours à la dernière limite. Il s’est alors avéré que ma RT était trop vieille pour être financée par BMW et qu’il fallait en passer par l’achat d’une bécane plus récente.

J’avoue que cela m’a laissé un peu perplexe mais, n’ayant plus beaucoup de temps pour trouver une solution alternative, j’ai accepté la proposition, partagé entre la déception de me séparer d’une moto qui me donnait toute satisfaction et la curiosité de goûter à une nouvelle machine radicalement différente : une K1200GT.

Bagheera : BMW K1200GT

JPEG - 178.2 ko
Bagheera

Le premier contact a été plutôt sympathique. Il faut dire que ce fameux moteur 4-cylindres transversal est un sacré bouilleur. Montée dans les tours rageuse, souplesse, coffre, une tenue de route impériale, un confort excellent, bref, de belles promesses de plaisir et de voyages réjouissants.
Assez rapidement, toutefois, certaines anomalies sont venues ternir le tableau. D’abord, ce fichu ralenti, on ne peut plus capricieux, qui pouvait monter à 2500 ou 3000 tours sans raisons apparentes. Et cette boite de vitesse pour le moins désagréable qui accrochait à chaque changement de rapport comme si le débrayage était inopérant. Avec, en prime, la difficulté de trouver le point mort, par moment, là aussi sans raison apparente.

Une journée en atelier pour remplacer deux bobines-crayons apparemment grillées apportera un léger mieux côté ralenti sans faire disparaître complètement le problème.

Puis, il y a eu la première déconvenue : le roulement du renvoi conique qui casse au retour des Assises peu après Bellegarde-sur-Valserine et le voyage qui se termine en TER de Grenoble à Orange. Heureusement, la réparation a été prise en garantie mais il m’a fallu rapatrier ma bécane de Saint-Martin-d’Hères jusqu’en Avignon car c’était une garantie « garage » et non « BMW ». Subtilité... Sauf que la moto n’avait que 22.000 km et que cette rupture avait tout du vice caché. Passons !

Un petit mois après avoir récupéré ma bécane, je trace la route entre Montbrun-les-Bains et Sault quand, au beau milieu d’un virage en épingle un peu avant Aurel, la roue arrière se bloque et la moto avec, dans un endroit sans visibilité pour les véhicules pouvant arriver dernière moi. Je ne parle pas de la galère pour sortir de là. Freins serrés, liquide en ébullition. Paraît que je roule pied sur la pédale de frein, d’après mon concess’. C’est vrai qu’il faisait très chaud ce jour-là et qu’on venait de passer le col de Macuègne, au Barret de Lioure, assez viroleux mais sans plus. En tout cas, pas de quoi faire du zèle sur les freins. Bref, la moto est de nouveau redescendu jusqu’en Avignon sur la dépanneuse. Diagnostic : Maitre-cylindre émetteur HS remplacé en garantie.

Un nouveau mois passe. Voilà les vacances qui arrivent... et le voyant d’ABS qui se met en alarme dès le premier jour de voyage. Pas de souci apparent, la machine freine efficacement mais on ne sait jamais. Passage à Annecy chez le concess’ du coin qui diagnostique des problèmes de capteurs rendant inopérants l’ABS et les suspensions pilotées (ESA) et qui nous confirme qu’il n’y a pas risque de perte du freinage. Ouf ! On finira les vacances sans encombre avec le voyant clignotant et retour au garage. Finalement, c’est la centrale ABS qui sera changée, toujours en garantie, et... la boite à air. Ça, c’est pour le problème récurrent de ralenti. Ce remplacement aurait dû être fait lors d’une campagne de rappel de BMW que l’ancien propriétaire n’a visiblement pas cru devoir accepter.

Nous en étions donc à l’automne. La garantie était maintenant terminée et la moto fonctionnait enfin très bien... à condition de ne pas changer de vitesse. A la faveur de mes recherches sur des forums consacrés aux K1200/K1300 nouvelle génération, j’avais appris que c’était un problème de cloche d’embrayage et de diaphragme connu de BMW qui semblait rechigner à le prendre en charge au titre du vice caché.
La moto a peu roulé l’hiver suivant mais le problème demeurait voire s’aggravait. Alors, à force de gamberger, j’ai fini par décider de m’en séparer. Il arrive un moment où la confiance s’évanouit, où, devant l’accumulation de déconvenues, on ne vit plus que dans l’attente de la survenance d’une nouvelle tuile. Cette bécane était frappée d’une malédiction, c’était l’évidence. J’étais même prêt à changer de marque. Après tout, il y a beaucoup de bécanes très appétissantes depuis quelques temps !

Chez JMS, la négociation a été assez rapide et n’a pas posé de difficulté. Je ne pouvais pas me lancer dans un nouvel achat d’une machine chère. Je souhaitais donc procéder à un échange avec une machine raisonnablement usagée. Ainsi fut fait. Merci à JMS Motos.

Brunehilde 2 : BMW R1150RT

JPEG - 195.4 ko
Brunehilde 2

Ce fut donc la R1150RT de 2003 qui avait assez fière allure et un kilométrage relativement modeste (53.000 km en 10 ans). Un petit doute aussi sur l’histoire de cette moto dont le carnet d’entretien annonce la révision des 50.000 km en décembre... 2010. J’espère que le câble du compteur n’aura pas malencontreusement cassé et ne sera pas resté en l’état pendant 3 ans...
Moins de 10 jours après avoir pris possession de la belle, le voyant d’ABS se met en alarme. Résultat : changement de la centrale ABS... en garantie. Hum !... Ça recommence ?

Depuis, on a fait près de 6.000 km ensemble sans autre souci. La révision des 60.000 approche donc et le remplacement du pneu arrière qui a désormais son compte. L’avant avait été remplacé lors de la transaction, ainsi que les poignées chauffantes qui étaient en lambeau.
Mais c’est du miel, cette bécane. Je retrouve des sensations très proches de la R1200RT en termes de tenue de route, de facilité de manœuvre (c’est un vélo, cette bécane), de protection et de confort. Certes, le moteur est moins dynamique que celui de la R1200RT et sans commune mesure avec celui de la K1200GT, bien sûr. Il faut carrément lui rentrer dedans, tordre la poignée pour avoir des relances pas trop anémiques car il est un peu mollasson. Ou bien cette impression est-elle due à la différence de réponse avec le moteur de la K1200GT qui s’envolait dans les tours au moindre degré de torsion de la poignée. Du moins, on sent bien qu’il n’a pas été programmé pour la compétition, pas comme celui de la R1100RS, par exemple. Mais pour « croiser » sur les belles routes de France, il est largement suffisant et loin d’être ridicule. Et puis, ne soyons pas faux-cul : c’est aussi pour cette tranquillité-là que je l’ai choisie et elle s’acquitte remarquablement bien de sa tâche.

Question consommation, tous cycles confondus, elle nous fait un petit 5,6 l/100 km, un peu au-dessus de la R1200RT (5,5 l/100 km) et très en-dessous de la K1200GT (6,5 l/100 km). Et pour l’huile, on est dans la norme (moins d’un litre au 1000 km).

Au final, je ne suis pas du tout mécontent de cette opération. Voilà une moto qui redonne confiance dans la marque même si elle n’est plus de première jeunesse encore que ce ne soit pas une antiquité. Il faut juste se réhabituer au stater manuel et à l’absence de temporisation des clignotants. Plus d’ordinateur de bord complexe, plus de selles chauffantes (c’était bien, ça) mais une radio pas très commode car sans réglages au guidon. Et puis de toute façon, avec mon ouïe électronique, hein ? Plus de suspensions pilotées non plus et des variations d’assiette plus marquées que sur les deux 1200 et un réglage des phares pas évident en duo. Voilà, c’est tout. Le reste n’est que plaisir de voyager.

On va donc en parler.. bientôt.

Vos commentaires

  • Guillaume Chocteau
    Le 23/09/13

    Hello,

    Tes déconvenues avec la K1200GT me font penser aux miennes avec la ... K1200LT ! 2 ans avec cette moto sans avoir une moto 100% en état ! Tjrs une merdouille (sans trop de gravité en général) ! Et puis un jour, relance du moteur après St Arnoult (je montais à un BN)... Casse du câble d’accélération... Remorquage, réparation chez BMW... 4h de MO et un billet de 1000 en moins... Gloups mais bon, cela arrive... Et puis qques mois après, coupure du 4 en 1 d’échappement. On me dit "vous ne roulez pas assez, elle a rouillé"... Mais oui mais oui... 25000 par an, combien faut il pour elle ? 2400 euros le morceau d’inox ! Bref, je m’en suis séparé (mal car c’est invendable) et suis retourné sur une R1100rt (j’en avais déjà eu une).
    Actuellement, je suis sur la grande soeur (1150) avec 115000 km au compteur. Je remonte juste du séminaire des délégués. 600 km d’arsouille avec les copains du 44. Elle a l’âge de ses artères, quelques merdouilles certes, mais elle reste saine.

    Le soucis reste la trop grande technologie de ces montures. BMW continue à coupler sa politique moto à celle pour les voitures : plus d’électro -> clientèle captive ! Moi, la prochaine sera un flat culbuté.

  • @Ficanas84
    Le 13/04/14

    Le problème des "youngtimers", comme on dit de nos jours en français, c’est d’en trouver une qui n’ait pas été transformée. J’ai récemment dégotté (à Cavaillon - Marc Motos) une R80 série 7, ex-RT de la gendarmerie transformée en roadster super allégé (2800 € le bout quand même). Pas mon truc. Côté mécanique rustique, je me demande si une Ural... Mais elles ne sont pas données non plus. Vendre des motos tellement rustiques et poussives qu’on les croirait d’occasion au prix de motos neuves, japonaises et bien conçues, c’est osé, je trouve.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0