Accueil > Blogue > Bédarrides2014 : nous sommes mille trois cent cinquante et deux (...)

[Blogue] Bédarrides2014 : nous sommes mille trois cent cinquante et deux !

samedi 29 mars 2014

La déception était bien sûr immense dimanche dernier (23/03/2014) au terme du dépouillement de cet unique tour d’élection. L’émotion palpable. A la mesure des espoirs qu’avaient nourris ces six années de mandat dont le bilan était plus que flatteur, traduisant à la fois un sens presque tatillon de l’intérêt général, une belle vision prospective du village et une gestion rigoureuse et pertinente des ressources disponibles. Un bilan qui aurait rendu confiant n’importe quel maire sortant. Et ceci d’autant plus que la volonté de poursuivre le travail engagé s’appuyait à nouveau sur un projet étoffé et raisonnable, promesse de nouvelles belles réussites pour le bien vivre à Bédarrides que nous voulions.

Et puis, la défaite. Nette, sans bavure. Incontestable.

20142008
Inscrits 4006 Inscrits 4109
Votants 3277 81,8 % Votants 3098 71,49 %
Blancs et nuls 90 Blancs et nuls 80
Exprimés 3187 Exprimés 3018
Joël Sérafini 1352 42,42 % Joël Sérafini 1547 51,26 %
Christian Tort 1835 57,57 % Françoise Forment 1471 48,74 %

L’écart de voix d’abord, 483, dans un contexte de participation très élevée (81,8 % de votants), supérieure à 2008 (179 votants de plus) et alors même que le nombre d’inscrits a diminué (- 103). La liste Sérafini perd 195 voix par rapport à 2008. Il est évident que la mobilisation des électeurs n’a pas profité à cette liste. Mais dans une commune où, lors des dernières cantonales en 2011, le FN avait obtenu 53 % des voix au second tour (pour une abstention de près de 43 %) et près de 41 % au premier tour de la Présidentielle de 2012 (avec une abstention de 13 % seulement, plus faible encore qu’à ces Municipales 2014), l’appel de Marionnette Maréchal-Lepen à battre Joël Sérafini ne peut pas bien sûr ne pas avoir été déterminant dans ce résultat. La présence de quelques personnes connues pour leur activisme pro-FhaiNe sur la liste Tort a naturellement contribué à cette issue, scellant un pacte qui ne peut que nourrir l’inquiétude.

Du reste, le comportement de quelques petits nazillons surexcités à l’annonce d’un résultat qu’ils voulaient fêter en montant à l’étage de la mairie pour casser du pédé et du gauchiste ne surprend que ceux qui, face à la tentation fasciste d’une partie de nos concitoyens, se voilent encore la face en feignant d’ignorer les mœurs très peu démocratiques de l’extrême-droite. On souhaite bien du plaisir maintenant à Christian Tort pour garder la maitrise de ses chiens haineux à l’haleine de hyènes !

Peu importe dès lors que la liste Tort ait été élue malgré un non-projet dont la substance n’était rien d’autre que le détricotage des réalisations de la municipalité sortante et un mépris à peine voilé pour la personne du maire. Démagogie, mensonge, falsification, mystification ont constitué une ligne de conduite masquant difficilement le vide sidéral d’une liste sans véritables idées ni propositions mais dont on comprend mieux désormais qu’elle n’ait pas eu à se triturer les neurones face à un public dont une grande partie considère la politique comme la seule expression de ses haines et de son rejet de l’autre. Pas très glorieux, en fait ! Pourquoi se fatiguer à réfléchir et à proposer, n’est-ce pas ?

A contrario, défendre son bilan et ses projets a coûté beaucoup d’énergie à Joël Sérafini et à ses colistiers en vaines et longues explications, finalement inutiles puisque ce qui importait était de le « sortir », lui, quels que puissent être ses qualités et ses compétences.

Toutefois, malgré une défaite amère, à l’évidence, il faut souligner un point positif : nous sommes 1352 bédarridais à avoir apprécié le travail de la municipalité sortante et à avoir voulu faire confiance à la nouvelle équipe conduite par Joël Sérafini. 1352 électeurs (dont beaucoup de jeunes) qui défendent une autre vision de l’intérêt et des services publics, du vivre ensemble et de l’accueil de nouveaux habitants, fiers de vivre dans un village au passé prestigieux, un village embelli qui peut être attractif et innovant et qui peut porter son regard avec confiance vers l’avenir, au-delà de son petit nombril autour duquel d’autres voudraient le limiter. 1352 individus dont le nombre est insuffisant pour assurer la réalisation de leurs ambitions pour Bédarrides mais tout de même assez pour constituer la base d’un nouveau projet gagnant.

Il ne reste donc que 242 électeurs à convaincre et quelque chose me dit que c’est jouable d’ici 6 ans.

En attendant, félicitations à Christian Tort pour sa victoire et bon courage pour la tâche qui l’attend. Il aura face à lui une opposition qui jouera loyalement son rôle, j’en suis certain. Mais, à la différence de ce qui a été pratiqué par l’ex-opposition pendant ces 6 dernières années, la nouvelle n’avancera pas masquée, à coups de lettres anonymes débilitantes, mais au grand jour et dans l’honneur car elle n’a pas à rougir, elle, de son action politique.

A bientôt donc. L’espoir n’est pas mort à Bédarrides le 23 mars 2014. Nous le prouverons.

Vos commentaires

  • bourroux jacques
    Le 05/04/14

    bravo Marc pour ce texte ! dommage que la plupart des Bedarridais ne puissent lire ce texte qui pourrais peut etre les eclairer sur la valeur des nouveaux elus revanchards et FHaineux !
    salutations.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0