Accueil > Blogue > Django Unchained

[Blogue] Django Unchained

Film de Quentin Tarentino

dimanche 3 février 2013

JPEG - 65.2 ko
Affiche Django Unchained

Après le True Grit des frères Cohen en 2010, avec le très excellent Jeff Bridge — nouvelle version de "Cent dollars pour un shérif" d’Henry Hathaway en 1969 — ou l’Appaloosa de Ed Harris en 2008 avec le non moins excellent Viggo Mortensen, qui remettaient au goût du jour les arcanes du bon vieux western classique made in the USA, voici que Quentin Tarentino nous sert sa propre vision du western-spaghetti de la grande époque, celle de Sergio Leone aux films délicieusement ourlés par la musique d’Ennio Morricone. Django est aussi un film de Sergio Corbucci, sorti en 1966, qui connut un très grand succès et dont la chanson est reprise telle quelle dans le film de Tarantino.

Après avoir réglé son compte à Hitler en 2009 dans Inglorious Basterds, c’est à l’esclavage que s’en prend Tarentino cette fois-ci. Comme souvent chez lui, il nous conte l’histoire d’un grand bavard érudit (Christoph Waltz, une fois de plus superbe) qui adore philosopher sur le sens de la vie tout en étant également très doué pour abréger des conversations versant dans une pénibilité qui justifie leur conclusion brutale et définitive. Bref, une fine gâchette. Le bavard, c’est le docteur King Schultz dentiste allemand en perdition disant n’avoir plus pratiqué depuis 4 ans. Comme il faut bien vivre, il vagabonde à travers les États-Unis dans une improbable carriole surmontée d’une molaire gigotant dans tous les sens au gré des torsions du ressort auquel elle est fixée et qui lui sert désormais de couverture dans son nouveau métier : chasseur de prime. C’est ainsi que, cherchant à s’associer les talents de physionomiste d’un esclave ayant connu 3 fripouilles dont la tête est mise à prix, Schultz va pousser très loin le respect de la dignité humaine et de la parole donnée en libérant d’abord cet esclave, Django (Jamie Foxx) et en l’aidant ensuite, une fois sa mission accomplie, à retrouver sa femme, Broomhilda (Kelly Washington), propriété du très méchant Calvin Candie (Leonardo di Caprio, vraiment excellent) secondé par son fidèle esclave Stephen (Samuel L. Jackson, étonnant) et quelques autres méchants, pas piqués des vers, que l’on adorerait voir mourir en gémissant bruyamment. Mais patience !

Comme dans tout bon western — et même aussi dans certains moins bons — il y a beaucoup de coups de feu dans Django et beaucoup d’hémoglobine répandue en grandes aspersions maculant sans distinction hommes, chevaux, portes et murs et, forcément, la terre. Comme souvent aussi, la morale peut sembler limpide (l’esclavage, c’est vraiment vilain) tout en se parant d’une certaine élasticité : le chasseur de prime qui exécute ses victimes à distance ou par surprise pour s’éviter des déconvenues douloureuses, sans s’interroger sur le contexte de ses exécutions, par exemple. Mais bien sûr, il y a aussi ces dialogues et ces situations jubilatoires, propres à Tarentino, qui rendent plutôt gaies toutes ces séances de tir aux pigeons. Et quelques morceaux d’anthologie comme la séquence des sacs.

En arrière-plan, il y a aussi cette question que l’on peut se poser : quelle liberté ont gagné ces esclaves libérés, hormis celle de pouvoir tuer d’autres humains y compris leurs bourreaux dont on se dit qu’ils l’ont bien mérité ? Mais si c’est là l’égalité de droits civiques avec les Blancs tant revendiquée durant tant d’années, ça n’est pas forcément très encourageant. Pourtant, l’esclavage est dans l’échelle de l’ignominie et du mal, l’un des pires crimes que l’Homme peut commettre sur ces semblables. Mais au-delà de la reconnaissance des souffrances de ces femmes et de ces hommes humiliés, il y a aussi cette certitude que la recouvrance de leur dignité ne passe certainement pas par la reproduction des crimes de leurs bourreaux même si cela peut apparaître un exutoire légitime.

Bien sûr, le film de Tarentino ne pousse peut-être pas la réflexion aussi loin. Il parle simplement du respect dû aux Noirs et c’est déjà pas si mal. Mais il est également un excellent moment de divertissement grâce à des acteurs qui, des premiers rôles aux seconds rôles, sont tous remarquables.

C’est aussi et surtout pour cela qu’il faut aller le voir. Alors bonne séance !

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0