Accueil > Blogue > Tiens ! V’là le printemps qui s’ramène !

Bulletin météo

[Blogue] Tiens ! V’là le printemps qui s’ramène !

Petit instantané de bonheur

dimanche 27 avril 2008

Il y a des choses comme ça qui ne coûtent pas cher mais qui procurent un bien-être immense. Celle-ci notamment : S’asseoir sur une marche, dans le jardin, et savourer ce grand soleil qui vient enfin vous caresser et vous réchauffer. Un petit bonheur tout simple qui donne l’impression délicieuse d’avoir été attendu tout l’hiver tandis que le jardin prenait une allure piteuse sous les aiguilles et les pignes des pins et sous la morsure frigorifiante du Mistral.

Comme il est bon ce premier moment de l’année où l’on s’étire comme un chat et où l’on s’abandonne à son modeste plaisir !

JPEG - 120.3 ko
Hurlevent

Comme il est agréable de rester assis là, par terre, à regarder les fleurs s’offrir à la grande lumière et les bourgeons sur les arbustes, en particulier sur ce figuier encore si fragile mais qui se bat vaillamment pour grandir, tout comme ce minuscule cerisier qui ne donnera ces premiers fruits que dans longtemps. Enfin, j’espère. Car nous manquons d’eau et il en faudrait tant.

Comment dire le plaisir de se chauffer au soleil de Provence, tant qu’il est encore assez doux pour ne pas nous transformer en braise ardente, et celui de laisser vagabonder son esprit au gré de la tiède petite brise printanière, vers tout ou vers rien.

Il y en aura d’autres de ces moments, avec séances de hamac, même, le soir en rentrant du boulot ou le ouicaine, à l’ombre du grand pin d’Alep ou de l’olivier. Trop rares parce qu’il faut trop souvent s’activer encore et encore pour la FFMC ou pour ceci ou pour cela. Mais celui-là, le premier de tous, est celui qui, plus que tout autre, panse les plaies, grandes et petites, et donne sans doute un autre sens à la vie. C’est dans ces moments-là que je réalise combien il est bon de ne penser à rien d’important et que je me félicite chaleureusement d’avoir choisi ce petit coin de la planète pour y poser mes valises.

Diane s’active dans son jardin. Elle ne tarit pas d’explications et de projets végétaux. Je fais mine de l’écouter, bien sûr...

Je suis bien. J’envierais presque Candide.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0