Accueil > Blogue > Résidus de Mai 68

Rions un peu

[Blogue] Résidus de Mai 68

mercredi 23 avril 2008

Lu dans Télécâble Sat Hebdo [1] (semaine du 26 avril au 2 mai), sur une double page, s’il vous plaît, les résultats d’un sondage d’Ipsos [2] dont l’une des questions était : "Selon vous, parmi ces animateurs de télévision, quel est celui qui correspond aujourd’hui le plus à l’esprit de Mai 68" ?

Thierry Ardison 20 %
Patrick Sébastien 17 %
Philippe Gildas 16 %
Laurent Ruquier 14 %
Cauet 8 %
Guillaume Durand 8 %

Ben oui, ça m’a fait pareil ! Le premier instant de stupeur passé, on se dit que si c’est effectivement tout ce qui reste de Mai 68, ça fait vraiment pas bézef !

Il faut préciser que pour le magazine, ces gens-là symboliseraient le "rejet de l’autorité et de l’interdit". Pour aider à bien comprendre.

Reconnaissons tout de même à Ardisson le mérite de ne pas avoir souhaité s’exprimer là-dessus. Une modestie tout à fait honorable. Soyons positifs.

Évidemment, on ne peut en dire autant de Sébastien, toujours fidèle à lui-même, qui donne dans l’auto-congratulation en prétendant revenir de loin, lui qui se croyait un horrible réactionnaire. Sans doute un éclair de lucidité tout à fait exceptionnel chez lui. Mais j’ai beau chercher, je n’arrive pas à trouver en quoi il peut symboliser le rejet de l’autorité et de l’interdit. C’est pas parce qu’il peut imiter Coluche, tout de même ?

Gildas n’est pas dupe : Il sait qu’il doit son image à Antoine de Caunes, son complice de feu "Nulle part ailleurs". Ce en quoi, il n’a pas tout à fait tort. Lui, à l’époque, se contentait de se marrer aux pitreries de Toinou et de son compère Garcia.

Suivent d’autres commentaires indispensables et édifiants de Ruquier, de Lepers [3] (si, si) et même de l’incontournable brosse à reluire, ce pauvre Drucker. Que du beau linge, en somme !

Bon, c’est vrai, ce genre de magazine donne à fond dans le "pipole", comme on dit aujourd’hui quand on parle de tout ces gens qu’on voit à la télé et à cause desquels on se demande toujours pourquoi on paie encore une redevance. Vous me direz qu’on n’est pas obligés de les regarder. C’est vrai aussi. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je résiste sans difficulté à cette tentation.

Bref, après tout, on ne pouvait guère s’attendre à autre chose qu’à ça.

Petite satisfaction, le débile profond Cauet fait un piètre score. Quelque part, ça rassure. Autre sujet de satisfaction : On a échappé à Fogiel et à Delarue. Doivent pas avoir d’accointances avec les commanditaires du sondage, ces deux-là. Mais bon. Aller chercher l’"esprit de Mai 68" chez des présentateurs de télé, aujourd’hui, c’est un peu comme chercher de la saveur à l’eau distillée. Encore que ça devrait être plus facile, je pense.

Parce que si l’esprit de 68, c’est l’impertinence à la sauce Ardisson ou Ruquier (j’ose même pas parler des autres), pardon mais il y a erreur d’aiguillage.

Puisque personne ne me demande mon avis, je vous l’offre en exclusivité : S’il est un présentateur et une émission qui pourraient avoir un lien avec ce fameux esprit de Mai 68, pour moi, ce serait Michel Polac et son "Droit de réponse" sur le TF1 des années 80, avant le bétonnage de la chaine. Au point de s’en être fait virer pour excès d’impertinence. Ce qui ne fait peut-être pas oublier ni n’excuse quelques zones d’ombre du personnage, pas plus que je ne partage tous ses choix ou tous ses combats.

Mais peut-être, je dis bien peut-être, y a-t-il davantage d’impertinence et de refus de l’interdit, aujourd’hui, chez un Daniel Schneidermann ou un Paul Moreira. Pour ne parler que de la télé dont l’impact n’est pas si anodin que ça. Sinon, à quoi servirait TF1 ? Hein, dites ! Je vous demande un peu !

Notes

[1magazine de télévision dont le nom dit très bien ce à quoi il s’intéresse

[2sondage effectué fin mars sur un échantillon de 953 personnes représentatif, paraît-il, de la population française âgée de 18 ans et plus, pour Télécâble, Vivolta et Nostalgie

[3Lequel Julien Lepers nous apprend (confirme) qu’il s’était déjà fait virer de tous les lycées à 17 ans (en 68). Ce dont on se doutait un peu, quand même.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0