Accueil > Blogue > Racisme (2)

Profanation du cimetère militaire d’Ablain-Saint-Nazaire

[Blogue] Racisme (2)

L’outrage aux soldats tombés pour la France

mardi 8 avril 2008

Il n’y a pas de haine dans ce que je vais écrire. Simplement une profonde tristesse et un immense dégoût.

Il n’y a pas d’incompréhension non plus. Comme je le disais dans ce billet, notre société nourrit en son sein ce montre hideux capable de tant de ravages, par sa complaisance face au racisme ordinaire de nombreux citoyens.

Il n’y a pas de mots pour qualifier ces profanations. Au-delà des individus vivant aujourd’hui en France, qu’ils soient ou non citoyens français, insultés, au travers du souvenir de ces hommes morts, en raison de leur appartenance religieuse et de leurs origines, c’est toute la mémoire des anciens combattants qui est outragée, souillée. C’est donc une insulte faite à la nation française.

Au moment même où disparaît le dernier des soldats de la grande boucherie de 14-18, cet acte inqualifiable marque malheureusement les défaillances du devoir de mémoire de toute notre nation envers ceux qui ont sacrifié leur vie pour que nous puissions vivre et nous exprimer librement. Est-ce trop sévère ? Pas pour moi. Car je pense très sincèrement que si nous donnions à notre Histoire, somme toute récente, non pas seulement un simple rôle de relation du passé mais aussi celui d’une critique du présent et d’une préparation de l’avenir, nous formerions les esprits de nos enfants à la perception aigüe des drames et des souffrances auxquelles conduisent les guerres et l’intolérance. Pour cela, il est également nécessaire de dire à nos enfants la place qu’ont tenue ces hommes venus des anciennes colonies françaises ou chassés d’autres pays européens par le fascisme et la misère et qui ont sacrifié leurs vies aux côtés des combattants métropolitains.

Ces soldats musulmans, en particulier, ne sont pas toujours venus se battre ici librement parce qu’ils n’avaient pas nécessairement le choix. Pas plus que nos soldats français "bon teint", citoyens ordinaires, qui ont pris le fusil simplement parce que c’était la loi et leur devoir, quelles que soient leurs opinions. Parmi eux, il y avait à coup sûr des hommes qui espéraient de la France la reconnaissance de leur dignité humaine, une amélioration du sort de leurs semblables, pour qu’ils passent du statut péjoratif "d’indigènes" à celui de citoyens à part entière.

Mais peu importe, au fond, leurs motivations réelles. Ils sont morts pour la France, c’est à dire pour nous. C’est tout ce qui importe.

Dès lors, nous devons à leur mémoire et à leurs descendants le plus profond respect. Un respect identique à celui dû à nos parents qui ont tant souffert de ces mêmes guerres et y ont laissé la vie en si grand nombre.

L’outrage fait à ces soldats est indivisible. C’est un outrage fait à tous les soldats, citoyens français ou étrangers, à tous les civils aussi, à tous les résistants, qui ont sacrifié leur vie pour notre Liberté. Ce n’est même plus un acte honteux et infâme. C’est un acte bestial et barbare car il touche au fondement même de notre dignité collective de citoyens d’un pays libre.

En le commettant, ses auteurs rendent paradoxalement hommage à l’immense courage de ces combattants par opposition à l’insondable lâcheté de cet attentat. S’en prendre à des morts...

Ma tristesse et mon indignation seraient les mêmes s’il s’était agi de tombes de soldats américains, britanniques, canadiens, belges, etc. ou, même, allemands. Ces hommes méritent notre respect. C’est notre devoir le plus impérieux, à nous qui vivons grâce à leur sacrifice. Qu’on les laisse reposer en paix.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0