Accueil > Blogue > Une première tragédie

Présidentielle 2012

[Blogue] Une première tragédie

vendredi 7 octobre 2011

Voilà, c’est fait. Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps pour voir la baudruche se dégonfler : Jean-Louis Borloo renonce ! Ah, quelle déception !

Non, non, je rigole !

Pourtant, c’était promis-juré, le costaud des épinettes, bombant le torse et agitant ses petits bras musclés, allait faire entendre une autre voix, quitte à brûler ce qu’il avait adoré peu avant. C’est qu’il est pas vraiment à une contradiction près. Il croyait en son destin, le bougre. Mais bon, on connaît le bonhomme : pas vraiment le mauvais gars mais question cohérence, hormis pour sa gueule, c’est pas trop ça.

Et ce qui surprend, c’est qu’il y en ait eu pour croire en lui comme candidat à la présidentielle. C’est à se pisser dessus ! Si, si ! C’est vrai, quoi, quand on les voit s’agiter tous ces centristes et se faire la guéguerre des petits-chefs-qui-aboient-plus-fort-que-leur-maître, on se dit que l’art de la pantalonnade est encore vivant. Question courage, le centriste, c’est plutôt du genre à manger dans la main de celui qui lui offre un bon maroquin ministériel, en général. Allez, à quelque rare exception près. Pour l’instant...

Vous me direz, justement, qu’il y en a bien eu un pour en faire son ministre, du Borloo. Vous avez vu qui c’est, aussi ? Qu’est-ce qu’on a rigolé là aussi ! Rhooooo ! Le coup du Grenelle de l’environnement qui évite soigneusement de causer du nucléaire et de tout ce qui fâche. Fallait oser, non ? Paraît que c’est à ça qu’on reconnaît les cons, disait Michel Audiard, mais là, quelle belle brochette on a vu. Et fiers d’eux en plus. Et que je te sorte le violon pour pleurer sur l’ours blanc, et que je te ponde des zones d’air pur, et que je te file des permis de forer pour mieux polluer, et tout et tout. Du grand art ! Du Borloo !

Paraît que la veille du grand jour, il y en avait qui allaient de radios en télés et journaux pour vanter les mérites du grand homme qui, lui, n’avait prévenu personne, sauf Sarko, qu’il jetait l’éponge. Qu’il est tête-en-l’air, ce Jean-Louis, quand même, comme on dit chez nous !
Presque, ça ferait de la peine pour ses amis. Si ! Encore qu’on peut aussi s’interroger sur leur sens de la prospective un peu défaillant. Deux erreurs majeures en peu de temps : soutenir Sarko puis Borloo, ça laisse rêveur ! Mais enfin, on rigole bien, grâce à eux, et ça, c’est super sympa de leur part. Faut retenir les noms de ces comiques : Rama Yade, Vincent Paillé, etc.

Bref, le petit coup de chaud est passé et Sarko peut faire le malin. Qu’il le fasse, d’ailleurs, ce pitre, tant qu’il le peut. L’objectif premier est toujours de le virer à grands coups de lattes dans le fondement. Et ça, c’est à bonne portée. Que ça change grand chose, c’est pas encore gagné mais ça permet d’espérer. Et par les temps qui courent, espérer c’est déjà presque faire.

Et pis, c’est tout !

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0