Accueil > Blogue > Cantonales 2011 : la gueule de bois

[Blogue] Cantonales 2011 : la gueule de bois

jeudi 24 mars 2011

Drôle de campagne électorale ! Silence radio ou presque : en tout et pour tout, depuis le début de la campagne, j’ai reçu 5 tracts : un du candidat de la Ligue du Sud [1], sans intérêt, et quatre du candidat « UMP », Thierry Lagneau, ci-devant maire de Sorgues. Je mets des guillemets car ce monsieur n’a guère débordé d’entrain pour rappeler son appartenance au parti présidentiel. Seule son affiche porte le logo de l’UMP. Pas un mot non plus sur Sarkozy.

A lire ses tracts [2], on pouvait même se demander si M. Lagneau n’appartenait pas à la majorité départementale (socialiste) tant il s’appropriait certaines réalisations et certains projets de cette dernière, qu’il disait avoir soutenus durant son mandat. Un « élu proche de nous », comme il dit, qui a montré sa binette à toutes les inaugurations du canton et dont le programme, somme toute, se borne à énumérer les compétences du Conseil Général. Surtout pas d’allusion à la politique nationale de son parti, des fois que ça énerve les gens d’ici. C’est vrai, quoi, les cantonales, ce sont des élections de « proximité ». Pourtant, que je sache, l’élection des conseillers généraux a bien des implications sur la politique nationale puisqu’ils élisent les sénateurs qui votent les lois. Mais c’est sûrement sans importance.

Quant aux autres candidats, rien, peau de balle. Ou bien mon quartier est trop reculé pour être indiqué sur une carte ou bien il y a eu une pénurie de papier ou de carburant ou les deux.

Résultat du premier tour dans le canton de Bédarrides :

BédarridesCourthézonSorguesVedèneCanton de Bédarrides
Inscrits 3839 3654 11495 7212 26200
Votants 2141 1579 5533 3112 12365
Exprimés 2094 1550 5446 3055 12145
Participation 55,8 % 43,2 % 48,1 % 43,2 % 47,2 %
Blancs et nuls 2,2 % 1,8 % 1,6 % 1,8 % 1,8 %
JULLIEN (PS) 16,9 % 15,0 % 9,5 % 22,1 % 14,6 %
LEPORINI (Les Verts) 8,6 % 9,2 % 5,1 % 11,4 % 7,6 %
LAGNEAU (UMP ?) 29,6 % 29,5 % 45,0 % 25,8 % 35,5 %
POLGE (Ligue du Sud) 2,8 % 6,0 % 1,1 % 1,8 % 2,2 %
POINT (Front de Gauche) 4,1 % 7,8 % 8,5 % 5,3 % 6,8 %
POULALIER (FN) 38,1 % 32,4 % 30,8 % 33,6 % 33,0 %

Le canton de Bédarrides est donc composé de 4 communes dont la ville de Sorgues, fief de M. Lagneau, représente, à elle seule, 44 % des inscrits. Un poids assez conséquent pour le placer en tête du premier tour, de justesse il est vrai. Il y réalise son meilleur score. Dans les 3 autres communes, il n’arrive qu’en deuxième position (27,8 %), derrière le candidat du FN (34,7 %) qui y glane 58 % de ses voix contre 43 % pour M. Lagneau. Celui-ci n’y est même qu’en troisième position derrière les listes de gauche qui totalisent 34,3 %.
L’écart le plus important entre le FN et l’UMP est de 8,5 points à Bédarrides. Il est de 7,9 points à Vedène qui est aussi la ville où la gauche obtient son meilleur résultat, toutes listes confondues (près de 39 %), sans pour autant inverser la tendance générale. La ville la plus indécise est Courthézon (moins de 3 points en faveur du FN). Pas de quoi pavoiser donc pour le candidat sortant qui se retrouve talonné par un illustre inconnu.

C’est à Bédarrides qu’on a le plus voté, suivie de Sorgues. Et c’est aussi à Bédarrides qu’on a le plus voté pour le FN. C’était bien la peine ! L’extrême-droite y représente près de 41 % des suffrages exprimés (35,2 % au niveau du canton) soit presque 25 % des inscrits (contre 16,5 % dans le canton). Ceci est d’autant plus surprenant (et inquiétant) que la commune s’est donné une municipalité de gauche en 2008 (voir ici).

Quant à la gauche, elle est battue partout. C’est peu de le dire. Il n’y a guère qu’à Vedène que le PS fait à peu près bonne figure mais, dans l’ensemble, c’est une déroute.

Pour le Vaucluse

Pour le reste du département (12 cantons renouvelables), les résultats sont tout aussi affligeants puisque le FN se place dans 7 cantons. Seul le candidat UMP de Beaumes-de-Venise, M. Gonnet, est réélu au premier tour avec 53,4 % (contre 64,8 % en 2004) mais avec près de 600 voix de moins que lors de la précédente élection. Le second tour se jouera en 11 duels :

Apt PS 38,3 % FN 24,7 %
Avignon-Est Front de Gauche (PC) 38,1 % FN 29,6 %
Avignon-Sud PS 31,6 % FN 26,9 %
Bédarrides UMP 35,5 % FN 33 %
Bonnieux Les Verts 29,1 % UMP 28 %
Cadenet PS 31,1 % UMP 23,9 %
Carpentras-Nord FN 33,6 % PS 23 %
L’Isle-sur-la-Sorgue PS 28,7 % FN 25,9 %
Malaucène PS 40,8 % UMP 32,4 %
Mormoiron PS 49,7 % FN 20,8 %
Orange-Est Ligue du Sud 25,8 % PS 25,7 %

Pour la première fois, un écologiste arrive en tête d’un canton. C’est à Bonnieux. Sans doute est-ce lié aux craintes exprimées dans le Luberon autour des recherches de gaz de schiste mais, à Apt, ça ne semble pourtant pas avoir affolé l’électorat.

A Carpentras-Nord, c’est le FN qui arrive en tête, hélas !

Il paraît, d’après les commentaires que j’ai lus notamment dans La Provence, qu’au final, tout ceci ne devrait pas changer grand chose. Le département pourrait garder sa majorité de gauche (PS). Pour ma part, compte tenu de l’attitude plus qu’ambiguë de l’UMP, je pense qu’il pourrait bien y avoir d’autres surprises. Il faut dire que Sarkozy et une bonne partie de l’UMP ont bien travaillé à brouiller les frontières entre la droite républicaine et l’extrême-droite. Ils ont beau nous dire aujourd’hui qu’ils n’ont aucune accointance avec le FN, il y a des discours et des méthodes qui ne laissent place à aucune ambiguïté.

Par ailleurs, si « voter FN ne sert à rien », comme le dit l’illustre Nanar (Tapie) dans la Provence du 22 mars, parce que ce parti ne propose aucune solution et ne gouvernera jamais — ce qui est peut-être vrai mais me paraît être un pronostic un peu hasardeux compte tenu du zèle de Sarkozy à chasser sur ses terres — je m’interroge tout de même sur les raisons qui peuvent pousser les gens à voter pour des fachos.
S’il s’agit d’un vote de protestation, voter blanc ou nul me semblerait d’autant plus efficace que ça pourrait remettre en cause la validité de l’élection. Mais peut-être que, bien plus que les prétendus problèmes d’insécurité auxquels on ne me fera jamais croire que tous ces électeurs sont réellement confrontés autrement qu’en lisant leur journal, il s’agit davantage de sanctionner les principaux partis pouvant prétendre gouverner le pays, UMP et PS en tête, en raison des similitudes de leur approche économique dont on ressent aujourd’hui cruellement les ravages.
Après tout, ils ont très largement promu, au mépris de la volonté du peuple, la construction d’une Europe ultra-libérale, que l’on nous vendait plus protectrice des citoyens qu’un bunker anti-atomique et qui se traduit surtout par un saccage des services publics et de la protection sociale au profit des investisseurs privés. Sans même parler de leur incapacité à mettre au pas le monde de la finance et son arrogante soif de profits qui réduit à la misère de plus en plus de travailleurs salariés ou pas. Et les mêmes se retrouvent encore côte à côte lorsqu’il s’agit d’aller semer la guerre ailleurs dans le monde. Que de grands succès, vraiment !

Cela sanctionne sans doute aussi le manque de lisibilité du Parti Socialiste où l’on se préoccupe apparemment plus de savoir qui sera candidat en 2012 que de savoir pour faire quoi. Entre un parti qui réforme soi-disant pour moderniser le pays mais le ramène en fait au XIXème siècle et un autre qui offre le spectacle lamentable de luttes d’égos boursoufflés, ce pays manque sérieusement de grands desseins politiques.
Pas très étonnant, dès lors, que ce peuple méprisé se tourne vers ceux qui tiennent le discours le plus haineux et le plus démagogique puisque sans doute il ressent lui-même de la haine ou, en tout cas, une profonde défiance envers cette engeance.

Ici, M. Lagneau nous dit qu’il n’a pas besoin de « front républicain » pour battre le FN. Sans doute veut-il nous dire que les électeurs attachés aux valeurs de notre République savent d’instinct où se trouvent l’honneur et la morale. Et puis, on voterait pour un homme et pour son bilan. Tu parles !
Le problème réside pourtant dans le fait que son parti, dont il ne semble pas être si fier puisqu’il évite de s’en réclamer, ne s’est pas trop illustré sur ce plan ces dernières années. C’est pourtant bien sur des idées que l’on vote, et des idées promues par des partis, par pour des gens soi-disant providentiels. D’ailleurs, M. Lagneau est certainement loin de l’être.

Ce sont bien les problématiques nationales qui ont orienté cette élection. Une preuve s’il en fallait une : les candidats du FN sont pour la plupart inconnus des électeurs et pourtant ils font un carton. Alors, pour l’élection de proximité, on repassera.

Pour ma part, une chose est sûre : je ne voterai jamais pour les fachos. Mais je ne suis pas non plus certain de vouloir voter pour un hypocrite.

Notes

[1Avatar du Front National créé par le maire d’Orange, Jacques Bompard, et son épouse, maire de Bollène

[2Quatre pages chacun, sur papier glacé avec force illustrations — la classe !

Vos commentaires

  • Guillaume
    Le 24/03/11

    Et le front républicain ? Il a d’autant plus de poids dans ton secteur. Mais je comprends tes a priori, d’autant que par chez toi, en bas donc, la proximité FN / UMP est grande sur certaines idées et certains territoires.

  • @Ficanas84
    Le 24/03/11

    La dernière sortie de Guéant, la voix de son maître, sur les signes extérieurs religieux des patients dans les hôpitaux ne vient certainement pas éclairer le débat. Du moins, si, mais pas dans le sens d’une démarcation nette avec l’extrême-droite. Sont-ce bien là des préoccupations républicaines ? Sûrement pas ! Il s’agit encore une fois de stigmatiser les musulmans qui sont aussi pris en otages par le FN sous couvert de laïcité.

    M. Lagneau partage-t-il cette vision ? Il ne le dit pas. Il se dit proche des habitants du canton, ce qui peut vouloir dire tout et son contraire. Il cultive donc une belle ambiguïté simplement pour amener sur son nom ceux qui veulent voir en lui un républicain aussi bien que ceux qui voient en lui un soutien de Sarkozy. Il ne prend aucun engagement, donc aucun risque. Il ne combat le FN que sur 2 points :

    Ne soyez pas dupes ! Mon adversaire a délibérément choisi de placer cette élection au niveau national mais certainement pas à l’échelon local.

    Ceci s’explique par le fait qu’il n’a pas de programme et encore moins d’idées susceptibles d’accompagner l’évolution du canton... (extrait du dernier tract reçu hier, 23/03)

    Mais sur les idées ? Mais sur les principes ? Rien ! Sauf à se placer sur le terrain de la "sécurité des biens et des personnes" que traduirait le vote FN. Un peu court.

    Dans ces conditions, il signifie quoi le "front républicain" ? Elle est où la République quand le parti au gouvernement se perd dans des dérives pitoyables et indignes d’elle ? Apporter ma voix à M. Lagneau ce serait cautionner cette politique là puisqu’il ne s’en démarque pas sous prétexte de "proximité". Alors, à moins qu’il ne dise clairement ce qu’il en pense, ce sera sans moi. Entre la peste brune et le choléra... Non, décidément, merci !

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0