Accueil > Blogue > Le nombril d’Eric

[Blogue] Le nombril d’Eric

lundi 28 février 2011

Le Monde.fr revient sur l’émission « Dimanche soir politique » (France Inter/Le Monde/I-Télé) qui recevait Eric Besson.

C’est ici (édition abonnés).

Evidemment interrogé sur les déboires de Michèle Alliot-Marie, le ministre de l’Industrie a ces mots assez incroyables :

Le Monde.fr : Elle (MAM - ndr) n’a commis, selon vous, aucune maladresse dans le dossier tunisien ?

Eric Besson : Si, mais elle l’a reconnu. Cela méritait-il cette espèce de psychodrame politique ? Je n’en suis pas persuadé. Personnellement, je regrette que nous, Français, ayons choisi de nous focaliser pendant un mois et demi sur une affaire politicienne alors que la rupture qui se produit dans le monde arabe est un événement historique majeur, l’équivalent de la chute du mur de Berlin. J’y vois une forme de nombrilisme. Je le déplore

En d’autres termes, nous autres, Français, préférons martyriser une ministre irréprochable plutôt que de nous intéresser aux révolutions arabes.

Du nombrilisme ? Soit ! Mais alors, que dire de l’aveuglement de ce gouvernement qui, par la bouche de la ministre des Affaires Etrangères, n’a eu rien de plus pressé que de proposer le savoir-faire français pour mâter le début de révolte tunisienne ? Ou de la même ministre partant en vacance en Tunisie et y accompagnant Papa-Maman en voyage d’affaire tandis que la révolte s’étendait ? Et de ses explications à géométrie variable ?

Ces gens-là (Besson, MAM et consorts) méprisent les peuples (le nôtre et celui des pays arabes, en particulier) au point de ne même plus se rendre compte que leurs comportements et leur absence totale de discernement ne passent plus. C’est nous qui serions « nombrilistes » en leur demandant des comptes, eux-mêmes étant parvenus à cet état d’infaillibilité qui confine à la divinité.

Parvenus, c’est peut-être le mot adéquate. Et aveugles, aussi.

Il faut dire que notre vénéré président, qui sait tout mieux que tout le monde et, notamment, que nos diplomates, est un modèle d’analyse internationale et de clairvoyance (voir ici).

On ne peut donc s’étonner de rien.

Merci encore une fois, M. Besson, pour cet éclairage si pertinent.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0