Accueil > Blogue > Ca pue !

[Blogue] Ca pue !

Burqa, niqab, polygamie et vieux relents d’intolérence

mardi 27 avril 2010

J’ai du mal à comprendre ce qui peut parfois traverser la tête d’un flic. Si, si, je vous jure !

Il s’en est trouvé un pour verbaliser une jeune femme qui conduisait sa voiture coiffée d’un voile intégral au motif qu’elle n’aurait pas été en mesure de contrôler correctement son véhicule. Ou un truc du même tonneau. C’était du côté de Nantes et ça fait les titres de toute la presse.

Bon, je ne m’étends pas : cette mode vestimentaire ne me convainc pas plus que ça mais, encore une fois, chacun s’habille comme il l’entend. Le problème n’est, de toute façon, pas là.

Il devait être bien fatigué, ce malheureux fonctionnaire ou, alors, il n’aime vraiment pas les musulmanes à voiles. Du coup, je m’interroge : si avec un voile, la dame ne peut pas conduire correctement sous prétexte que ça gênerait sa vision (c’est paraît-il le motif du PV), qu’en est-il des motards avec leur casque sur la tête ? Pourtant, si je ne m’abuse, le port du casque est obligatoire sur un deux-roues motorisé. Mais alors, peut-on en conduire un en n’étant pas gêné pour appréhender correctement toutes les manœuvres nécessaires ? Avouez que depuis que les flics (du moins, certains) se mettent à « faire » la loi, la vie dans notre belle société devient un sacré casse-tête. Et je ne parle même pas des pilotes de grands prix ou de rallyes qui doivent être sacrément embêtés pour concourir tout en respectant des normes de sécurité qui les handicapent. Sont-ils timides, tous ces champions, pour ne pas l’avoir révélé !

De plus, pourquoi faire la chasse à nos gamins juchés sur des cyclos et portant leur casque à leur coude ? J’avoue ne plus rien comprendre : le port du casque est obligatoire mais il se pourrait bien qu’il soit illégal !

Le plus comique de l’histoire est que l’habillement n’entre pas dans les éléments énoncés par le code de la route comme pouvant gêner la conduite. Donc, notre aimable gardien de la paix semble avoir commis un abus de pouvoir. Rien moins. Bravo pour la connaissance de la loi !

Probablement, toute cette mise en scène, pour le moins ridicule, n’était destinée qu’à coincer le salaud de mari qui serait, paraît-il, polygame. Tiens ! V’là aut’ chose, ma bonne dame ! Et question ridicule, il y a des experts dans ce gouvernement. A voir comment le ministre de l’Intérieur, le flic en chef, Hortefeux le boute-feu, s’est saisi de l’aubaine pour pousser des cris d’orfraie et menacer le quidam d’une déchéance de sa nationalité française. Rien moins !
Car, il paraîtrait même que le zigue, avec toutes ses femmes et les lardons qu’il leur a fait, s’en mettrait plein les poches avec les allocs. Vieille rengaine. Sauf que là, ce sont les nanas qui percevraient ces allocations de parents isolés, pas le gugusse, à condition qu’elles existent encore (elles ont été fusionnées avec le RSA de notre bon ami des pauvres, Martin Hirsch). Il a pas l’air très bien informé, notre ministre de l’Intérieur. Ça la fout mal, non ?

Bon courage donc à notre flamboyant Brice pour trouver de quoi constituer un délit. Les conneries de Monsieur le Ministre fusent plus vite que ne fonctionne son bulbe rachidien, apparemment.

J’ai aussi du mal, je l’avoue, à imaginer comment les fins limiers de la sécurité intérieure vont s’y prendre pour prouver la polygamie. A moins que notre homme ne soit assez con pour être allé se marier plusieurs fois à la mairie de son bled, je ne vois pas trop quelle loi de notre pays de rêve interdit à quiconque de s’envoyer en l’air avec plusieurs partenaires, hors des liens sacrés du mariage républicain. Le seul que la République reconnaisse, puisque jusqu’à encore pas longtemps, elle était laïque. Visiblement, c’est en voie de réforme, ça aussi.
Or, l’adultère ne constitue plus un délit en France depuis... 1975. Le législateur de l’époque, pris d’une frénésie de bon sens, s’est en effet avisé que punir l’adultère était un peu ridicule. De quoi je me mêle, nan mého ! Il faut dire que bon nombre de gens biens sous tous rapports — des pipeules comme on dit aujourd’hui — avaient certainement beaucoup de mal à respecter à la lettre leur contrat de mariage. Même des Présidents de la République, à ce qu’il paraît. Sacré, Brice, toujours en retard d’un train, hein ?

De toute façon, pas besoin d’être musulman pour pratiquer ce genre de sport, par ailleurs, excellent pour la santé, à ce qu’on dit.

Du coup, on tremble. Si tous les adeptes de l’adultère doivent être déchus de la nationalité française, ça va faire du vide dans les registres d’état-civil. Et puis, je ne savais pas la République si pointilleuse sur la morale. Jusqu’à présent, je pensais naïvement que ce qui lui importait, c’était qu’on fasse des lardons, peu importait avec qui. L’essentiel, c’était d’avoir une belle courbe démographique pour avoir un rien de chair à canon et pour payer les retraites des vieux. Il semble que, désormais, on va nous mettre un flic au pied de chaque lit pour s’assurer qu’on baise dans la légalité et la morale. Jusqu’où va se nicher l’ordre ?

Il a donc beau jeu, l’autre comique, le mari « adultère », de jouer les martyrs. Y a pas à dire, ils sont fortiches nos gouvernants et leurs sbires.

A moins, mais je dois sûrement avoir l’esprit bien mal placé, que tout ce cirque ne soit destiné, une fois de plus à stigmatiser les musulmans. On voudrait en faire des Français provisoires ou conditionnels qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Déjà, ce triste clown de Besson, avec son pitoyable débat sur l’identité — qui a essentiellement servi à libérer la parole de ces malheureux timorés qui voient en tout être différent d’eux une menace pour la France éternelle — avait surtout réussi à pointer du doigt la menace musulmane et étrangère. Beau résultat. Ce sur quoi, « l’honorable » parlementaire Copé a embrayé avec sa fameuse loi sur la burqa, anti-sociale et anti-républicaine mais surtout musulmane. Tiens encore !

Pas étonnant, dans un tel contexte, que l’initiative d’un chef de bureau de poste d’Arles, il y a deux semaines environ, ait déchainé une tempête... dans un verre d’eau. Songez : notre homme, considérant qu’il y avait beaucoup de Maghrébins parmi les usagers de son service, public pour quelques temps encore, avait jugé que ce serait les aider que d’afficher le mode d’emploi de sa machine à affranchir en arabe littéraire. Il partait du principe que ça ne jurerait pas avec les 3 ou 4 autres langues (européennes, il est vrai, celles-là) que proposait déjà le robot.
Pauvre homme ! C’est devenu la grosse affaire arlésienne que même que c’était écrit dans le journal (La Provence du 16 avril 2010). Un vrai scandale ! Il s’est fait agonir de noms d’oiseaux au motif que la langue de la République est le français, que ça servait à rien qu’il y en ait qui se décarcassent pour apprendre le français à ces gens-là, et tout ça. Il y a juste deux ou trois péquins qui ont fait observer que ça ne servait pas à grand chose car les maghrébins âgés ne lisent que très rarement l’arabe littéraire et que les plus jeunes, majoritairement nés en France, pratiquent le français, étant Français eux-mêmes.
Bon, ça rendrait service à seulement 10 personnes que ça ne serait pas totalement inutile et on peut même penser que s’il l’a fait, c’est qu’il a dû en voir une paire rester en carafe devant la machine. Mais comme il s’agit de l’arabe, ça file des verrues à certains. J’imagine leurs mines dégoûtées quand ils lisent les inscriptions sur les briques de lait ou n’importe quel produit « mondialisé » ! Pouah ! De l’arabe partout ! Quelle horreur.

Bizarrement, et dans la même veine, voilà qu’un as de la bombe de peinture vient épancher ses tristes pensées sur les murs de mon village. Il y avait longtemps que je n’avais pas vu ce genre d’insanité fleurir avec cet art de l’orthographe qui doit rendre ivre d’orgueil tout bon Français fier de son identité. A vomir.

JPEG - 103.4 ko
25 avril 2010 Un crétin se défoule

Avec la réponse, pas forcément plus fine, d’un concitoyen outré.

JPEG - 119.7 ko
25 avril 2010 Pas sûr que ça aide

Bref ! Tout ceci sent très mauvais et finit par être un brin lassant. Comme s’il n’y avait pas de sujets plus importants avec la débâcle économique du pays et l’avenir de nos retraites, par exemple. Je n’ose pas croire que ce gouvernement nous pratiquerait une manœuvre de diversion à sa façon pour détourner nos regards de ses vicissitudes. Qui sont surtout les nôtres, il faut bien le reconnaître. En tout cas, à force d’envoyer des œillades aux électeurs du Front National, on récolte ce qu’il a semé question intolérance et ça fait comme un courant d’air avec les fosses à purin. Ça pue !

On lira avec profit ce billet de Maître Eolas. Malgré son antériorité, je jure avoir écrit le mien avant d’avoir lu le sien.

Et pis c’est tout !

Vos commentaires

  • France
    Le 27/04/10

    Eolas/Marco, mêmes combats !

    Pour tout dire, tout ça me dégoûte... Comme une sensation de nausée persistante dont y a pas moyen de se débarrasser.

    Comme disait ma grand-mère (et pas juste pour me taquiner) : pauvre France.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0