Accueil > Blogue > Intérêt général

[Blogue] Intérêt général

dimanche 27 septembre 2009

Vous vous en souvenez certainement, les privilèges, dans notre beau pays, ont été abolis dans la fameuse nuit du 4 août 1789. C’était le bon vieux temps, en somme !

Car, depuis, il faut bien reconnaitre, qu’ils n’ont eu de cesse de revenir et de prospérer. Les exemples ne manquent pas, je vous fais grâce de la liste.

Le dernier en date concerne les taxis parisiens (et les transports en commun, d’ailleurs) sur l’autoroute A1, entre La Courneuve et le tunnel de Landry, sur laquelle une voie leur est réservée sur quelque chose comme 5 km, de 7h00 à 10h00, chaque jour.

Résultat : pour 5 mn que gagnent les taxis qui font la navette sur Roissy, les autres usagers se retrouvent coincés dans des embouteillages monstres et y perdent quelques bons quarts d’heure. Sans parler des prunes pour ceux qui se risquent à bafouer le droit de passage des vrais pro.

C’est sûrement cela qu’on appelle l’intérêt général, puisque nous sommes une République dans laquelle les restrictions de liberté ne peuvent être motivées que par lui. Sauf qu’à bien y regarder, ça ressemble furieusement à un privilège, non ?

Certes, me diront certains, il y en a bien d’autres et, après tout, ce n’est qu’une expérimentation. Bien sûr, et c’est donc bien normal. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

J’objecterai cependant que j’ai du mal à saisir les finesses d’une logique qui, pour faciliter le boulot de quelques-uns, prétexte louable entre mille, s’applique à emmerder la foule du commun. En s’appuyant, de plus, sur une superbe technologie de vidéo-détection pour sanctionner les rebelles. Non seulement, on fait chier le monde mais, en plus, ça rapporte à l’Etat (qui en a bien besoin). Pourquoi se priver ?

A l’opposée, il se trouve ce fameux tunnel duplex de l’A86, lui aussi sous vidéo-surveillance (mais là pour des raisons de sécurité et de régulation du trafic, nous dit-on) et qui n’est interdit qu’aux motos (et aux véhicules de plus de 2 m de haut, vue sa conception). Il paraît que le machin informatique n’a pas encore tout intégré des subtilités des deux-roues motorisés. C’est un peu con un ordinateur, pas vrai ?

Bref, il semble qu’en région parisienne, on ne sache rien faire sans devoir emmerder quelqu’un.

Vous me direz que je me mêle de choses qui ne me regardent pas. C’est vrai : j’habite en provi(e)nce et pas la plus désagréable, soit dit en passant. Mais il n’empêche que je regarde tout ça d’un œil très perplexe en raison d’un principe assez répandu dans notre pays et qui veut que, quand des responsables ont une idée à la con quelque part, celle-ci finit par contaminer de nombreux autres responsables partout ailleurs. Je dis responsable, bien sûr, pour rester poli.

C’est donc pire qu’une pandémie de grippe cochonne. Alors, je me dis que personne, où qu’il habite dans notre merveilleux pays, n’est vraiment à l’abri des conséquences de cette conception un peu particulière de l’intérêt général.

Certes, il existe un remède : se regrouper et se mobiliser pour faire échec à ces décisions. Mais bon, vous le saviez déjà, heureusement !

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0