Accueil > Blogue > Alléluïa ! La France va sauver la Terre.

[Blogue] Alléluïa ! La France va sauver la Terre.

jeudi 23 juillet 2009

Il n’était pas vraiment nécessaire d’aller consulter la Pythie de Delphes pour savoir ce qui sortirait de la fumeuse commission sur la « contribution climat-énergie » présidée par ce pauvre Rocard : une bonne vieille taxe parée des plus beaux et vertueux atours environnementalistes au nom du combat sacré contre le réchauffement climatique.
Certes, rien n’est encore joué mais not’ Mimi y croit dur comme fer depuis qu’il a viré sa cuti socialiste pour faire don de sa personne à la « France Eternelle® » et à son roitelet d’opérette. Un projet de loi, probablement intégré à la prochaine loi de finance, viendra certainement très rapidement concrétiser l’idée de génie du grand homme.

On lira avantageusement cet article du Monde.fr sur le sujet.

L’idée est quand même relativement ancienne, bien avant en tout cas que la « conscience écologique universelle » nous inonde de son éblouissante lumière par le truchement de son messie autoproclamé, Nicolas Hulot, et de ses apôtres, au premier rang desquels il est juste de placer le célèbre saint parmi les saints, YAB [1], sponsorisé par les grands amis du président. Ce n’est pas faire injure à mon ami Guillaume que de rappeler que ça fait bien une bonne trentaine d’années que les écologistes « politiques » nous bassinent avec un truc du même tonneau agrémenté du slogan : « Pollueurs - Payeurs ». Ben voilà, on y arrive !

J’ai lu, ici ou là, et notamment dans les commentaires de l’article cité ci-dessus, qu’on n’avait pas vraiment le choix. Ben, si on n’a pas le choix, c’est donc bien. Le débat est clos. Circulez, y a rien à voir ! D’ailleurs, Rocard, plus ultra-lucide que jamais, nous dit que la taxe « carbone » fait consensus. Sans blague, tu veux en tâter du consensus, mon Mimi ?

Sauf que ce genre de sentence commence à me chauffer sérieusement. Si !

J’ai toujours été opposé à ceux de mes amis écologistes qui militaient pour cette forme de prétendue régulation par les taxes. Je considère en effet que ces taxes qui prétendent œuvrer à l’éducation des masses n’ont qu’un seul effet, celui de rendre un peu plus difficile la vie des gens les plus modestes sans pour autant avoir d’impact réel sur celle des plus aisés. Car au final, ce sont toujours les mêmes qui paient les taxes, les entreprises n’étant pas philanthropes au point de se les garder pour elles.

Et là, c’est bien ce qui va se passer. A tel point que le principe de cette taxe si vertueuse frise la caricature.
Comme le soulignait le Canard Enchaîné dans son édition du 15 juillet dernier, « les pollueurs ne seront pas les payeurs », n’en déplaise aux gentils amis des pitits noizeaux, des ours blancs et autres pingouins. D’une part, les industries les plus polluantes en seront exonérées sous prétexte qu’elles paient déjà des « permis de polluer ». On oublie juste de dire que ces fameux permis seront gratuits jusqu’en 2013 et qu’ils seront largement subventionnés par la suite. D’autre part, les agriculteurs seront aussi exonérés sous prétexte que leurs élevages ne produisent que du méthane et non pas du CO2. Surtout ne pas se mettre à dos la FNSEA !

Finalement, c’est bien nous, pauvres couillons, qui seront les dindons de la farce. Les ménages paieront plus de la moitié des 8 milliards d’euros que cette taxe (évolutive) est censée rapporter à l’Etat. Pour faire quoi ? Ça, on ne nous le dit pas trop mais comme la taxe professionnelle, qui en rapportait autant, est appelée à disparaître très rapidement, j’ai comme qui dirait l’impression qu’on le sait déjà en haut lieu. Après le bouclier fiscal, les subventions inconditionnelles aux banques et à l’industrie automobile, la baisse de la TVA dans la restauration sans pratiquement aucune contrepartie obligatoire, la grande pantomime continue de plus belle.

Cette taxe « carbone » est d’autant plus imbécile que la fin annoncée des sources fossiles d’énergie va immanquablement causer leur renchérissement, ce qui aura de toute façon l’effet dissuasif espéré. Sauf que ça concernera tout le monde, en France comme ailleurs et surtout les gagne-petit. Comme toujours. Il est donc temps de se payer largement sur la bête avant d’être obligés de trouver une autre bonne idée pour engraisser nos pauvres riches, nos pauvres banques en déroute et quelques autres parasites qui bénéficient des largesses de l’Etat quand le pouvoir d’achat de la majorité d’entre nous ne cesse d’être rogné.
On a beau me dire que des compensations sont prévues pour les plus misérables ou pour les ruraux, je crains que ça ne fasse guère le compte, au bout de celui-ci.
Et qu’on ne me dise pas que ça va favoriser les transports en commun et la bicyclette ou qu’il suffit de réduire ses déplacements en proportion. C’est certainement pas ça qui va améliorer mes conditions de travail et je ne vais pas bondir de joie à l’idée de devoir partir des semaines entières de chez moi pour faire mes contrôles chez mes clients. Je me vois assez mal faire le tour du Vaucluse à vélo, à 70 ans, pour pouvoir faire mon boulot.

A un moment où la casse de l’industrie française est devenu une sorte d’emblème édifiant du patriotisme économique tant appelé de ses vœux par notre gai Fillon, je m’interroge sérieusement sur la santé mentale de Rocard et de nos gouvernants. Je suppose aussi que fiers de l’exemplaire vertu française, nos génies nationaux iront expliquer en termes choisis aux Chinois, aux Indiens et même à nos amis américains et autres, qu’il serait de bon ton d’en faire autant. Mais je me dis que, peut-être, notre furoncle devra attendre que ses interlocuteurs aient calmé leur fou-rire avant de pouvoir placer un mot, car jusqu’à présent, ses succès internationaux ne semblent pas beaucoup grandir la France.
Et j’imagine aussi que, au nom d’un libéralisme enfin moralisé, ni la France ni l’Europe ne prendront la décision de taxer les produits importés dégoulinant de CO2.

Je ne sais pas si cette taxe va sauver la banquise mais une chose est sûre : on nous prend vraiment pour des cons. Peut-être que ça va finir par se voir...

Notes

[1Yann Arthus-Bertand

Vos commentaires

  • François
    Le 27/07/09

    je pense plutôt que cette taxe est géniale. Je viens de construire une maison basse consommation, avec sur isolation, en bois, panneaux solaires toutçatoutça, et je vais quand même me faire taxer sur l’électricité, et parce que j’ai 2 motos et une boitaroue.
    il est fort, le furoncle, il arrive même que Cohn Bendit trouve ça génial....
    j’arrête, je vais pleurer dans mon coin

  • Marco
    Le 27/07/09

    Qui ça ? Cohn-Bendit ? Laisse-moi pleurer aussi !...

  • France
    Le 27/07/09

    Cohn-Bendit a des furoncles ?
    Le pauvre.
    Je comprends que ça vous rende tristes.

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0